Sport

Côte d’Ivoire : l’ancien sprinteur Amadou Méité est décédé

Amadou Méité, en blanc, lors d'une rencontre d'anciennes gloires du sport ivoirien. © DR

L'Ivoirien Amadou Méité, ancien sprinteur de haut niveau, est décédé mardi à l'âge de 65 ans. Hospitalisé depuis mi-janvier à Abidjan, il a succombé à une longue maladie.

L’athlétisme ivoirien a perdu une de ses anciennes gloires. L’ex-sprinteur Amadou Meité, spécialiste du 100 mètres et du 400 mètres, est décédé à l’âge de 65 ans, à Abidjan. Il y était hospitalisé depuis le mois de janvier, au Centre hospitalier universitaire de Yopougon, avant d’être transféré dans la polyclinique de Cocody, selon les informations recueillies par l’Intelligent d’Abidjan. L’annonce, confirmée par le ministre des Sports, Alain Lobognon, a été faite par le président de la Fédération ivoirienne d’athlétisme, Nicolas Debrimou.

Amadou Meité avait participé deux fois aux Jeux olympiques, en 1972 à Munich et en 1976 à Montréal, sans réussir à monter sur le podium. Il avait en revanche remporté la médaille d’or sur 100 mètres lors des Jeux panafricains en 1978 à Alger. Père de l’athlète Méité Ben Youssef, également spécialiste du 100 mètres, il était ensuite devenu entraîneur dans la capitale ivoirienne.

Son fils, toujours en activité, est double médaillé d’or (2010 et 2012) aux Championnats d’Afrique d’athlétisme, en 100 et 200 mètres, et a participé aux derniers Jeux olympiques, à Londres en 2012. Il s’était qualifié pour les demi-finales, après avoir battu le record de Côte d’Ivoire en validant un temps de 10 secondes et 6 centièmes.
 

>> Revivez la course d’Amadou Meité en demi-finale des Jeux olympiques de Montréal en 1976 (à 4’57)

_________________

Par Mathieu OLIVIER

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte