Politique

Algérie : Bouteflika recadre publiquement Saadani

Mis à jour le 12 février 2014 à 16:26

En creux de son communiqué sur le crash aérien du mont Fertas, le président Abdelaziz Bouteflika a défendu l’armée et le général Toufik, publiquement attaqué la semaine dernière par Amar Saadani, secrétaire général du FLN.

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a profité de son communiqué sur le dramatique crash aérien du mont Fertas, mardi 11 février, pour réaffirmer son soutien à l’Armée nationale populaire (ANP). "Nul n’est en droit, quelles que soient ses responsabilités, de s’en prendre à l’Armée nationale populaire ni aux autres institutions constitutionnelles", indique le président dans ce message, adressé aux responsables de la Défense et aux familles des 77 victimes de l’accident d’avion. Et de poursuivre : "Nous sommes certes habitués à des dépassements émanant de certains milieux à l’approche de chaque échéance mais, cette fois-ci, l’acharnement a pris une ampleur telle que notre pays n’a jamais connue depuis l’indépendance allant jusqu’à tenter de porter atteinte à l’unité de l’Armée nationale populaire ainsi qu’à la stabilité du pays".

Saadani dans le viseur présidentiel

S’il ne le mentionne pas directement, ce communiqué est une forme de soutien au chef du puissant Département du renseignement et de la sécurité (DRS), le général Mohamed Médiène, alias Toufik, publiquement attaqué la semaine dernière dans la presse par Amar Saadani, secrétaire général du Front de libération nationale (FLN). Dans un entretien accordé au site Tout sur l’Algérie, le chef du parti présidentiel avait réclamé la démission du patron du DRS, accusé de n’avoir jamais réussi à établir la sécurité dans le pays.

>> Lire aussi : L’ex-général Benhadid se lâche contre le clan présidentiel

Avec ce message, Abdelaziz Bouteflika recadre donc publiquement Saadani. Installé à la tête du FLN le 29 août dernier, ce dernier est contesté par une majorité du comité central (CC) du parti qui l’accuse d’usurpation de fonction. Ancien président de l’Assemblée nationale entre 2004 et 2007, Saadani est un proche de Saïd Bouteflika, frère et conseiller spécial du chef de l’État.

Participez à notre sondage sur la présidentielle algérienne

___

Benjamin Roger