Politique

Extradé du Niger, le Libyen Abdallah Mansour est emprisonné à Tripoli

| Par
Le Premier ministre Ali Zeidan a affirmé que le gouvernement était en sécurité.

Le Premier ministre Ali Zeidan a affirmé que le gouvernement était en sécurité. © AFP

Abdallah Mansour, ancien officier libyen proche de Mouammar Kadhafi, a été extradé du Niger vers la Libye, le 14 février au matin.

L’ex-général libyen Abdallah Mansour se trouve désormais au centre de détention Al-Hadba à Tripoli, selon nos informations. Dans cette prison, officiellement à la charge de la police judiciaire libyenne en collaboration avec le ministère de la Défense, sont également détenus l’ancien chef des services de renseignement militaire, Abdallah Senoussi – remis par la Mauritanie en septembre 2012- et les anciens Premiers ministres Al-Baghdadi Al-Mahmoudi et Abou Zeid Dorda.

Les autorités nigériennes avaient donné 48 heures à Mansour pour quitter le pays et l’accusaient de mener des activités subversives contre le nouveau gouvernement de son pays d’origine. Elles n’ont finalement pas attendu 24 heures pour le livrer à Tripoli, le 14 février tôt le matin. La Libye réclamait ce très proche du colonel Kadhafi depuis qu’il avait fui au Niger sous escorte du chef touareg Aghali Alambo et en compagnie d’un des fils de Kadhafi, Saadi, en 2011.

Si Saadi est officiellement placé en résidence surveillée aux frais de l’État nigérien, Mansour vivait à ses frais à Niamey où il disposait de deux villas, au Plateau et à Koira Kano. Bien que surveillé de près, il était relativement libre de ses mouvements.

Le gouvernement libyen a déclaré, dans un communiqué, avoir transmis aux autorités nigériennes des éléments probants de l’implication d’Abdallah Mansour dans "la planification d’actes terroristes visant à déstabiliser la Libye". Ce que les Kadhafistes ne nient pas, confirmant que "Mansour était très actif sur les évènements de Sebha" où se sont déroulés de violents affrontements ces dernières semaines.

À Tripoli, un conseiller du Premier ministre en charge de la sécurité explique que cette extradition a été "bien préparée avec nos partenaires nigériens mais que Mansour n’est pas notre priorité". Et d’ajouter : "Saadi Kadhafi constitue un plus gros poisson". Le cas du fils Kadhafi, suspecté de diligenter des opérations subversives, constitue l’une des priorités pour Tripoli qui se dit prête pour mener à bien cette opération avec Niamey et ses partenaires occidentaux.

>> Lire aussi : Un ermite nommé Saadi

Une menace de coup d’État contre le gouvernement a été démentie vendredi par les autorités. Le Premier ministre Ali Zeidan a jugé les rumeurs de coup d’État ridicules et affirmé que le gouvernemetn était en sécurité.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3100_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte