Politique

Caricatures de Mahomet : gracié, le Tunisien Jabeur Mejri reste en prison pour « détournement de fonds »

Gracié mercredi par le président Moncef Marzouki, le jeune Tunisien Jabeur Mejri, condamné à sept ans et demi de prison pour la diffusion sur Facebook de dessins jugés blasphématoires en 2012, reste cependant emprisonné en raison de poursuites pour détournement de fonds.

Par
Mis à jour le 20 février 2014 à 12:37

Jabeur Mejri, gracié le 19 février 2014 dans l’affaire des caricatures de Mahomet. © DR

"J’ai contacté le juge d’instruction du tribunal de Mahdia qui m’a confirmé l’existence d’une affaire de détournement de fonds lorsque Jabeur Mejri travaillait à la SNCFT [Société nationale des chemins de fer tunisiens, NDRL]. À la suite de son instruction, un mandat de dépôt a été émis le 9 janvier 2014", a indiqué Me Ahmed Mselmi. Son client, gracié la veille de sa peine de sept ans et demi de prison pour la diffusion des caricatures du prophète Mahomet, reste ainsi en prison.

"Si le mandat de dépôt, qui ordonne le placement en détention provisoire d’un justiciable, n’a été émis que cette année, l’affaire elle-même remonte à bien avant l’emprisonnement de Jabeur en mars 2012", a précisé l’avocat. Mais ni Me Mselmi, ni la famille de Jabeur Mejri, pas plus que son comité de soutien ou la présidence tunisienne n’avaient été informés de l’existence de cette affaire.

Demande de remise en liberté

Me Mselmi a indiqué qu’il allait rencontrer le juge d’instruction en charge du dossier jeudi après-midi pour être informé des détails du dossier et remettre une demande de remise en liberté qu’il espère voir aboutir au début de la semaine prochaine au plus tard.

Interrogé sur l’identité du plaignant, Me Mselmi n’était pas en mesure d’apporter des précisions, faute d’avoir eu accès à l’instruction. "C’est sans doute un mandataire de la SNCFT", a-t-il dit.

Jabeur Mejri, aujourd’hui âgé de 29 ans, était au chômage lorsque l’affaire des caricatures a éclaté début 2012, mais précédemment ce diplômé d’anglais travaillait à temps partiel au guichet de la gare de Mahdia, ville située à 150 km au sud de Tunis.

(Avec AFP)