Politique

RDC : le député Martin Fayulu brièvement détenu à Kinshasa

Martin Fayulu, initiateur de la pétition contre l'abbé Malumalu. © DR

Martin Fayulu, un député de l'opposition auteur d'une pétition demandant la démission du président de la Ceni, a été détenu pendant quelques heures lundi à Kinshasa avant d'être libéré en début de soirée.

Le député de l’opposition Martin Fayulu a été libéré lundi 24 février en début de soirée. Il avait été arrêté quelques heures plus tôt à Kinshasa avec des collaborateurs alors qu’il faisait signer une pétition demandant notamment la démission immédiate du président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni).

"Nous étions huit, nous sommes tous sortis. Ils ont brutalisé un de mes membres. Nous avons dit que demain (mardi) nous allons recommencer, continuer à faire signer la pétition", a-t-il déclaré, accusant la police de chercher à les intimider.

"Nous sommes retenus à la police. (…) Nous avons été arrêtés alors qu’on faisait signer la pétition demandant entre autres le départ du président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), l’abbé Apollinaire Malumalu", avait déclaré Fayulu lors de sa brève détention.

"Démission immédiate"

"Nous (…) exigeons la démission immédiate de monsieur l’abbé Apollinaire Malumalu", indique la pétition datée du 17 février signée par des partis d’opposition, dont ceux réunis dans la plateforme Forces acquises au changement (FAC) que dirige Martin Fayulu, un opposant très actif.

Ce dernier affirme que la pétition avait recueilli environ 3 500 signatures à Kinshasa, et qu’une autre pétition doit notamment être lancée à Goma et Bukavu, deux capitales provinciales de l’Est.

>> Lire aussi l’interview de Mgr Pierre Marini : "La désignation du président de la Ceni doit se faire par voie démocratique"

L’abbé Malumalu, 52 ans, avait présidé la Commission électorale indépendante (CEI), créée après les accords de paix inter-congolais de 2002, qui avait organisé en 2006-2007 les élections provinciales, législatives, sénatoriales et présidentielle – premières élections démocratiques du pays.

La CEI a par la suite été remplacée par la Céni, dirigée, avant la désignation de l’abbé Malumalu, par le pasteur Daniel Ngoy Mulunda. Ce dernier a travaillé pour le président Kabila en tant que conseiller spirituel, tandis que l’abbé Malumalu a été expert au service présidentiel d’études stratégiques. Mi-janvier, celui-ci a annoncé des élections locales pour fin 2014.

(Avec AFP)

 

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte