Banque

Togo : Grupo Pefaco veut se retirer de BPEC

| Par Jeune Afrique
Mis à jour le 25 novembre 2015 à 11h33
Le siège de la BPEC, à Lomé.

Le siège de la BPEC, à Lomé. © Sylvio Combey

Francis Perez, le président de l’espagnol Grupo Pefaco, veut se retirer de la Banque populaire pour l’épargne et le crédit, au Togo, alors qu’il en avait racheté 40 % des parts auprès de Cauris et Africinvest.

C’est une situation bien délicate dans laquelle s’est mis Francis Perez, président de Grupo Pefaco. Repreneur en 2012 des 40 % détenus par les fonds Cauris et Africinvest dans la Banque populaire pour l’épargne et le crédit (BPEC), au Togo, le groupe espagnol actif dans les jeux et l’hôtellerie s’est depuis vu refuser son agrément par la Commission bancaire de l’Union monétaire ouest-africaine (Umoa). Accablé de surcroît par des pertes réalisées par le nouveau directeur général de la banque togolaise, Francis Perez entend se retirer. Il vient d’adresser à Cauris et Africinvest un courrier très clair : remboursez-moi !

Neuf pays d’Afrique

Basé à Barcelone, Grupo Pefaco emploie 5 000 personnes dans neuf pays d’Afrique, notamment en Côte d’Ivoire et en République démocratique du Congo. Le groupe, dont le siège africain se situe à Abidjan, s’est fixé pour objectif de doubler de taille en deux ans.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte