Politique

Ouganda : Orange s’engage à défendre ses employés face à la loi antihomosexualité

Une du Red Pepper, ayant publié une liste d'homosexuels présumés.

Une du Red Pepper, ayant publié une liste d'homosexuels présumés. © AFP

La législation antihomosexualité ougandaise a également ses détracteurs dans le monde de l’entreprise. Mardi, Orange a annoncé qu’elle s’engageait à défendre ses employés face à la nouvelle loi, en fournissant une assistance juridique et sécuritaire.

Contestée devant la Cour constitutionnelle, la loi antihomosexualité promulguée début février par le président Yoweri Museveni doit également prendre en considération l’hostilité d’une des multinationales installées dans le pays. Orange a en effet annoncé, dans une déclaration adressée à l’ONG All Out, mardi 11 mars, qu’elle s’engageait à défendre ses employés face à la nouvelle loi.

L’entreprise a notamment confirmé qu’elle fournirait "toute assistance (juridique, sécuritaire) à ses salariés", y compris LGBT en Ouganda. "Orange est convaincu que la diversité est une force au service de la performance sociale et de la performance économique," a déclaré Jean-Bernard Orsoni, porte-parole d’Orange. "Orange ne pose pas de questions à ses salariés sur leur orientation sexuelle puisqu’il s’agit d’une information confidentielle qui n’intervient dans aucune étape du parcours d’un salarié", a-t-il ajouté.

>> Lire aussi : "En désaccord, sur la loi antihomosexualité, l’Église anglicane ougandaise menace de se séparer de l’Église mère anglaise"

Le 28 février, la Banque mondiale avait déjà exprimé, dans un mémo interne, son inquiétude pour la sécurité de ses employés travaillant dans des pays réprimant l’homosexualité. Surtout, la veille, elle avait décidé de reporter un prêt de 90 millions de dollars (65 millions d’euros) destiné au système de santé ougandais.

"Orange fait exactement ce qu’il faut"

Il y a quelques jours, Orange avait annoncé qu’elle retirait ses publicités du journal ougandais Red Pepper, celui-ci s’étant illustré, le lendemain de la promulgation de la loi, en publiant les noms, photos et adresses d’individus "suspectés" d’être homosexuels en Ouganda. En 2009 déjà, David Kato, un militant ougandais, avait vu son identité et son orientation sexuelle révélées par voie de presse. Il avait été tué deux jours plus tard.

>> Lire aussi : "La fatwa de Kampala"

"Orange fait exactement ce qu’il faut en refusant de continuer à faire affaire comme si de rien n’était et en prenant des mesures pour protéger ses employé", a déclaré Andre  Banks,  directeur  et co-fondateur  d’All  Out, dont la pétition en ligne a dépassé les 90 000 signatures. L’organisation a également appelé les autres multinationales implantées dans le pays, Heineken, KLM et Coca-Cola, à prendre exemple sur Orange.

_________________

Par Mathieu OLIVIER

>> Lire aussi notre dossier sur l’homosexualité en Afrique :

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte