Politique

Côte d’ivoire : le transfèrement de Charles Blé Goudé à la CPI fait bouillonner la presse

Le gouvernement ivoirien a décidé jeudi lors du Conseil des ministres de transférer Charles Blé Goudé à la Cour pénale internationale (CPI). Une décision dénoncée par certains journaux de l’opposition. Revue de presse.

Par - Vincent Duhem
Mis à jour le 21 mars 2014 à 17:57

Photo de Charles Blé Goudé publiée par le gouvernement ivoirien. © D.R.

La décision prise jeudi par le gouvernement ivoirien de transférer Charles Blé Goudé à la Cour pénale internationale (CPI) fait beaucoup parler d’elle. Vendredi 21 mars, près de 50 pro-Gbagbo ont manifesté devant le Palais de Justice d’Abidjan. Dans le même temps, le Congrès panafricain des jeunes patriotes (Cojep, dont Blé Goudé est le président) a dénoncé le transfèrement dans un communiqué : "Le pouvoir vient ainsi de priver la Côte d’Ivoire d’un autre catalyseur, d’un autre atout pour la paix et la réconciliation nationale", dit le document.

La grande majorité des quotidiens du pays se sont également prononcés sur cet événement. "Ouattara livre Blé Goudé à la CPI", déplore Le Temps pour qui "le régime enterre la réconciliation". Même son de cloche du côté de Notre Voie qui titre à l’identique : "C’est fini pour la réconciliation". De son côté, Le quotidien d’Abidjan estime également que "le chef de l’État a franchi la ligne rouge".

Déjà à La Haye ?

"La CPI prépare déjà l’arrivée de Blé Goudé", avance de son côté le plus neutre Nord-Sud, alors que Le Nouveau reveil se demande même si le président du Congrès panafricain des jeunes patriotes (Cojep) ne serait pas "à la Haye depuis hier" (jeudi).

>> Lire aussi : Qui défend vraiment Charles Blé Goudé ?

En titrant : "Voici comment Affi, Justin Koua et les pro-Gbagbo ont livré Blé Goudé à la CPI", L’Intelligent d’Abidjan semble mettre en avant des divisions au sein des fidèles de l’ancien président Laurent Gbagbo. Ce que confirme L’expression selon qui "Affi et Koua ont eu la peau de Blé Goudé".

Enfin, le frère de Charles Blé Goudé réagit dans Soir Info. "Je suis indigné", dénonce-t-il. "Nous ne comprenons pas cette décision", déclare dans le même quotidien l’un des avocats de l’ancien "général de la rue".

Les unes de la presse ivoirienne le 21 mars

 

_________________

Par Vincent DUHEM