Société

Segenet Kelemu : « Le continent africain souffre d’un manque d’investissements dans la recherche »

Mis à jour le 25 mars 2014 à 12:44

Lauréate Afrique du Prix L’Oréal-Unesco pour les femmes et la science, la scientifique éthiopienne Segenet Kelemu espère que cette distinction lui permettra de « mettre en avant l’importance de la recherche et des sciences auprès de la jeunesse africaine et des élites dirigeantes ».

Première femme d’Afrique de l’Est à intégrer l’université d’Éthiopie, Segenet Kelemu est la lauréate Afrique du Prix L’Oréal-Unesco pour les femmes et la science. Décernée le 19 mars à Paris, cette distinction est attribuée chaque année à cinq femmes représentants les cinq régions du monde pour leur contribution au progrès de la science.

>> Lire aussi : Ces 20 femmes africaines qui font bouger le continent

La scientifique éthiopienne est récompensée pour ses recherches sur la façon dont les micro-organismes vivant en symbiose avec les plantes fourragères peuvent améliorer leur capacité à résister aux maladies et s’adapter aux contraintes environnementales et aux évolutions climatiques. Ses découvertes ont offert de nouvelles solutions de production alimentaire dans des conditions éco-responsables, favorables aux petits exploitants agricoles locaux.


Segenet Kelemu : "Le continent africain souffre… par Jeuneafriquetv

Après avoir étudié aux États-Unis et travaillé en Colombie, Segent Kelemu a décidé de revenir travailler en Afrique. Elle est aujourd’hui directrice générale du Centre international de physiologie des insectes et l’écologie (Icipe). Basé à Nairobi au Kenya, l’Icipe opère dans plus de 30 pays et emploie près de 400 personnes venant du monde entier.

Elle espère que cette distinction lui permettra "de mettre en avant l’importance de la recherche et des sciences auprès de la jeunesse africaine et des élites dirigeantes". Segenet Kelemu en est persuadée : "Les sciences, la technologie, la recherche et l’éducation sont essentiels au développement de toute nation."

_________________

Par Vincent DUHEM