Droits de l’homme

Peine de mort en Afrique : l’abolition gagne du terrain, mais…

| Par
La pendaison reste la forme d'exécution la plus répandue en Afrique.

La pendaison reste la forme d'exécution la plus répandue en Afrique. © Amnesty International

En 2013, au moins 64 personnes ont été exécutées en Afrique, contre au moins 41 en 2012. Le constat d’Amnesty International, qui publie jeudi son rapport annuel sur la peine de mort, n’est a priori guère réjouissant. Pourtant, l’Afrique semblerait plutôt sur la bonne voie.

En 2013, cinq pays africains ont continué à appliquer la peine de mort. À eux-seuls, le Soudan, le Soudan du Sud, la Somalie, le Nigeria et le Botswana ont exécuté au moins 64 personnes, les trois premiers se partageant 90% de ce chiffre.

"L’augmentation choquante des exécutions n’est due qu’à quelques pays", explique Netsanet Belay, directrice d’Amnesty International pour l’Afrique. "C’est d’autant plus décevant étant donné les progrès réels vers l’abolition que nous avons vus ailleurs dans la région ces dernières années", ajoute-t-elle.

>> Accédez à notre carte interactive sur la peine de mort en Afrique en cliquant sur l’image ci-dessous :

En effet, la plupart des pays d’Afrique ont pris le chemin de l’abolition, quand ils ne l’ont pas déjà atteint. Si le Nigeria a repris les exécutions en 2013, après s’en être abstenu pendant sept ans, nombre d’État n’ont pas appliqué la peine de mort depuis des années. Quelque 43 pays du continent n’ont ainsi pas procédé à une exécution depuis plus de dix ans, pouvant être considérés comme des abolitionnistes, de jure ou de facto.

Enfin, après le Bénin, qui a officiellement aboli la peine de mort, plusieurs autres États s’en approchent à grands pas. La Sierra Leone et le Bénin ont notamment intégré dans leur projet de future constitution un passage mentionnant l’abolition de la peine capitale. Si ces évolutions demandent encore à être validées, l’Afrique est malgré tout sur une relative bonne voie. "Les gouvernements doivent s’assurer que ces espoirs ne soient pas vains", demande Netsanet Belay. Et de conclure : "L’augmentation des exécutions ne doit pas se répéter en 2014".

_________________

Par Mathieu OLIVIER

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte