Politique

Afrique du Sud : Graça Machel accepte la moitié de l’héritage de Mandela

| Par Jeune Afrique
Graça Machel, lors des funérailles de Nelson Mandela à Johannesburg le 10 décembre 2013.

Graça Machel, lors des funérailles de Nelson Mandela à Johannesburg le 10 décembre 2013. © AFP

Graça Machel ne touchera que la moitié de l’héritage de son défunt mari, Nelson Mandela, décédé le 5 décembre. En échange, elle recevra plusieurs biens légués par le testament de l’ancien président sud-africain.

La veuve de Nelson Mandela, Graça Machel, 68 ans, "a formellement et par écrit accepté les biens qui lui ont été légués par le dernier testament de l’ancien président" sud-africain, a indiqué mardi 25 mars le juge constitutionnel Dikgang Moseneke.

>> Lire aussi : Nelson Mandela a légué 4,1 millions de dollars à sa famille

Le Prix Nobel de la Paix 1993, décédé le 5 décembre à 95 ans, avait laissé plusieurs biens à la veuve de l’ancien président mozambicain Samora Machel, qu’il avait épousée en troisièmes noces le jour de ses 80 ans. Seule condition pour les obtenir : qu’elle renonce à la moitié de l’héritage, estimé à 46 millions de rands (3,1 millions d’euros), auquel elle avait théoriquement droit.

Maisons au Mozambique

Graça Machel, recevra notamment quatre propriétés au Mozambique, des voitures, des œuvres d’art et des bijoux, acquis par le couple depuis leur mariage.

Nelson Mandela a laissé de l’argent à ses enfants et petits-enfants – mais pas à son ex-femme Winnie -, à ceux de Graça, à ses anciens collaborateurs, à différents établissements scolaires et au Congrès national africain (ANC), le parti dont il a été le plus célèbre militant.

>> Lire aussi : Graça Machel, la digne épouse de Nelson Mandela

(Avec AFP)
 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer