Politique

RDC : l’opposant Diomi Ndongala condamné à dix ans de prison pour « viols »

Diomi Ndongala, 52 ans, est le leader de Démocratie chrétienne. © AFP

La Cour suprême a condamné mercredi à dix ans de prison l'opposant congolais et leader de Démocratie chrétienne, Eugène Diomi Ndongala. Il a été reconnu coupable de viols sur mineures.

L’opposant Eugène Diomi Ndongala, 52 ans, a été condamné mercredi 26 mars à dix ans de prison pour viols sur mineures. La condamnation a été rendue publique vers 18 heures par la Cour suprême.

>> Lire aussi : Diomi Ndongala, une année en enfer

"Il a été condamné à dix ans, la Cour s’est réunie en son absence et en l’absence de ses conseils", a indiqué à l’agence Belga Me Richard Bondo, coordonnateur du collectif d’avocats du leader de Démocratie chrétienne, indiquant avoir été prévenu par le greffier de la Cour suprême de justice à Kinshasa.

Dénonçant "un arrêt nocturne" et "une condamnation toute irrégulière", Me Bondo a ajouté qu’il comptait entamer une procédure "en révision" de cette sentence devant la Cour de cassation comme le permet la loi congolaise.

Lire l’interview de Freddy Kita, président de démocratie chrétienne : "Kabila doit convoquer un vrai dialogue avec l’opposition"

Accusé de viols sur mineures, l’opposant avait "disparu" pendant près de quatre mois, entre juin et octobre 2012, dans des circonstances non élucidées. Son immunité parlementaire avait ensuite été levée. Enfin, le 15 juin 2013, alors qu’il était détenu depuis plus de deux mois à la prison centrale de Kinshasa, l’Assemblée nationale avait invalidé son mandat de député pour "absence prolongée non justifiée".

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte