Politique

Arabie Saoudite : le roi Abdallah prépare sa succession

Par
Mis à jour le 27 mars 2014 à 17:03

Des sources proches du pouvoir saoudite ont révélé jeudi que le roi Abdallah avait récemment réuni le Conseil d’allégeance pour l’informer de son intention de placer son fils aîné en deuxième position dans l’ordre de succession.

Doucement mais sûrement, le roi Abdallah avance ses pions. Âgé de 90 ans, le souverain d’Arabie saoudite souhaite évoluer les choses en matière de succession dans le royaume, croient savoir des sources proches du cercle du pouvoir saoudien.

Conformément aux règles de succession en vigueur actuellement en Arabie saoudite, le pouvoir se transmet d’un frère à l’autre, en respectant le droit d’aînesse, parmi les fils du roi Abdel Aziz (Ibn Saoud), fondateur du royaume. Mais le roi Abdallah a récemment réuni le Conseil d’allégeance, formé de 34 princes de la famille royale, pour l’informer de sa volonté de nommer son demi-frère, Moqren, futur prince héritier, ainsi que son fils aîné, Mitab, en deuxième position dans l’ordre de succession, rapprochant ainsi la nouvelle génération du pouvoir.

>> Lire aussi : après Abdallah, qui ?

L’arrivée de la nouvelle génération de la dynastie

Dans le schéma actuel, si le roi Abdallah décède, c’est son demi-frère, le prince Salmane, âgé de 79 ans et souffrant de problèmes de santé, qui devra lui succéder. Ce dernier pourrait décider de ne plus prétendre au trône, selon les mêmes sources. Le roi a ainsi demandé au Conseil d’approuver sa décision de nommer Moqren, 69 ans, prince héritier, en cas d’accession au trône du prince héritier Salmane ou d’absence de ce dernier.

Les deux-tiers environ des membres du Conseil ont approuvé. Et le prince Salmane a exigé pour donner sa caution que son fils, le prince Mohammed, soit nommé ministre de la Défense.

Les analystes estiment que la dynastie vieillissante des Al-Saoud doit envisager le passage à la nouvelle génération des petits-fils du roi Abdel Aziz. Mais ce passage pourrait cependant exacerber les rivalités, car il faudrait choisir la lignée privilégiée parmi les fils du roi Abdel Aziz : entre ceux des défunts rois ou ceux du souverain actuel.

(Avec AFP)