Racisme

États-Unis : le Ku Klux Klan recrute !

| Écrit par Olivier Liffran
Le Ku Klux Klan a repris de la vigueur depuis l'élection de Barack Obama.

Le Ku Klux Klan a repris de la vigueur depuis l'élection de Barack Obama. © DR

L’organisation suprémaciste américaine Ku Klux Klan s’est lancée dans une campagne de recrutement dans plusieurs villes des États-Unis. En toute légalité.

Certaines mauvaises herbes sont décidément tenaces. Plutôt silencieuse ces deux dernières décennies, l’organisation suprématiste blanche Ku Klux Klan cherche à recruter de nouveaux adhérents, a rapporté lundi 31 mars le quotidien britannique The Telegraph. Pour preuve, les tracts qui essaiment depuis la fin de la semaine dernière dans quelques villes des États du Sud des États-Unis – Texas, Louisiane – et même plus au nord dans l’Illinois ou en Pennsylvanie, détournant la célèbre affiche de l’Oncle Sam visant à recruter des troupes pour le front.

Sur les tracts, on pouvait ainsi lire : "Neighbourhood Watch!!! The law abiding citizens of your community can sleep in peace knowing the Klan is awake! The KKK wants you". [Surveillance de quartier !!! Les citoyens de votre communauté qui respectent la loi peuvent dormir en paix, le Klan est réveillé ! Adhérez !] Le porte-parole de la police de Rhome (Texas), Kevin Benton, a déclaré qu’il n’avait jamais rien vu de tel depuis les années 1990.

939 groupuscules actifs

Aux États-Unis, l’opération est légale, la liberté d’expression consacrée dans le premier amendement ayant une définition très vaste. Profitant de ce cadre juridique permissif, les groupuscules suprématistes pullulent toujours autant. Le Southern Poverty Law Center, association qui se consacre à la surveillance des mouvements d’extrême droite et des groupuscules racistes, recense 939 groupes actifs concentrés le plus souvent au Sud des États-Unis.

Puissant jusqu’alors dans le monde carcéral, le Ku Klux Klan a repris de la vigueur depuis l’élection de Barack Obama. En effet, le président américain a cristallisé contre sa personne les vieux démons de la société américaine. Le chômage, une immigration présumée massive, et les projections selon lesquelles la population blanche deviendrait minoritaire en 2050 ont alimenté les fantasmes d’une partie de l’opinion publique. Constituant au passage un terreau idéal pour une expansion des groupes suprématistes.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte