Santé

Un nouveau cas suspect de fièvre Ebola découvert au Liberia

Un nouveau cas suspect de fièvre Ebola a été découvert, jeudi, au Liberia. Mais le malade n’aurait eu « aucun contact avec quiconque venant de Guinée ».

"Nous avons un cas à Tapeta où un chasseur, qui n’a jamais eu aucun contact avec quiconque venant de Guinée, est tombé malade", a déclaré une responsable du ministère libérien de la Santé, Bernice Dahn. Il s’agit d’un chasseur de la région de Nimba décédé d’une fièvre hémorragique. "Il n’avait jamais eu aucune interaction avec une personne soupçonnée d’être porteuse du virus" et "n’est jamais allé en Guinée, c’est un cas isolé", a insisté Mme Dahn.

"L’homme était en forêt dans une zone proche de Tapeta, où il a disposé de nombreux pièges à animaux sauvages, lorsqu’il s’est senti malade". Puis il "a été conduit à l’hôpital à Tapeta, où il est décédé une demi-heure plus tard", a poursuivi Mme Dahn. "Nous avons d’abord enregistré sept cas suspects. Deux de ces cas ont été confirmés positifs" au virus Ebola, et "cette semaine, nous avons recensé sept autres cas suspects", soit au total 14 cas suspects dont six décès, incluant le chasseur, a-t-elle expliqué.

>> Lire Ebola : cinq choses à savoir sur un tueur impitoyable

Le chasseur est le seul cas découvert à Tapeta, les 13 autres ont été signalés dans le comté (région) de Lofa, dans le nord. Une zone qui comprend une forêt commune avec les pays voisins (Côte d’Ivoire, Guinée), dont les animaux, notamment les chauve-souris, peuvent faciliter la transmission du virus. "Nous maintenons sous surveillance 44 personnes ayant été en contact avec les cas signalés", a précisé Bernice Dahn.

Bilan de 84 morts en Guinée

La Guinée voisine fait face quant à elle à une épidémie aiguë de fièvre hémorragique virale. Selon le dernier bilan communiqué par le ministère guinéen de la Santé, l’épidémie a fait 84 morts sur 134 cas enregistrés dans le pays depuis janvier. La même source indique la confirmation de 35 cas de fièvre reconnus comme Ebola, un virus très contagieux dont le taux de mortalité peut atteindre 90%.

Depuis la découverte de la maladie en 1976, aucun vaccin ni traitement n’a été trouvé. Le seul moyen de freiner le virus reste l’isolement des malades. La maladie a déjà fait au moins 1 200 morts en Afrique depuis près de 40 ans.

>> Voir notre carte interactive "Ebola et l’Afrique, près de 40 ans d’épidémies" :

(Avec AFP)
 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte