Politique

Présidentielle algérienne : un meeting de soutien à Ali Benflis interrompu par des manifestants

Un meeting de soutien à Ali Benflis a été interrompu mardi par une centaine de manifestants à M’Chedallah, dans la région majoritairement kabyle de Bouira, à l’est d’Alger. Ceux-ci militaient pour la non-tenue de l’élection présidentielle du 17 avril.

Par
Mis à jour le 8 avril 2014 à 20:25

Ali Benflis, candidat à la présidentielle algérienne. © AFP

Une centaine de jeunes manifestants ont empêché, mardi 8 avril, la tenue d’un meeting de soutien à Ali Benflis, principal rival du président algérien Abdelaziz Bouteflika pour l’élection présidentielle du 17 avril, a rapporté l’agence APS. C’est Djamel Benabdeslam, président du Front de l’Algérie nouvelle (FAN), qui devait tenir ce meeting à M’Chedallah, dans la région majoritairement kabyle de Bouira, à l’est d’Alger.

>> Lire aussi : "Flops à répétition pour les VRP de Bouteflika"

Près d’une centaine de jeunes, dont des militants de l’Action nouvelle pour les valeurs de démocratie et de liberté (ANVDL-non agréé), ont interrompu son discours, l’obligeant, ainsi que les membres de la direction de campagne d’Ali Benflis qui l’accompagnaient, à quitter les lieux. "Quarante-cinq minutes après le début de mon discours, des dizaines de jeunes ont fait incursion dans la salle. J’ai choisi de m’interrompre et de dialoguer avec eux", a déclaré Djamel Benabdeslam. "Les jeunes criaient en kabyle ‘pas de vote’", a-t-il ajouté, précisant qu’ils n’avaient pas eu recours à la violence et qu’ils lui avaient affirmé n’avoir rien contre Ali Benflis ou contre lui.

Mardi 8 avril, des centaines d’étudiants se présentant comme libres et n’appartenant à aucun mouvement politique, ont également participé à une marche pacifique à Béjaïa contre la tenue de l’élection présidentielle et en faveur d’"une mobilisation citoyenne pour un changement pacifique", selon l’agence APS.

(Avec AFP)