Politique

Maroc : le débat sur la légalisation du cannabis est relancé

90 000 familles marocaines vivraient encore de la culture du cannabis. © AFP

En organisant un week-end de rencontre et de débats dans le Rif, le parti Authenticité et modernité (PAM) a récemment relancé le débat sur la légalisation partielle du cannabis marocain. Et compte déposer une proposition de loi en ce sens dans les semaines à venir.

Le débat sur la légalisation du cannabis refait surface au Maroc. Le week-end-dernier, le parti Authenticité et modernité (PAM) a organisé une série d’évènements dans le Rif, région productrice du kif marocain, pour promouvoir son projet de libéralisation à usage thérapeutique. Le parti au tracteur a ainsi rassemblé, samedi 5 avril, près de 2 500 agriculteurs à Bab Berred, avant d’organiser le lendemain une journée de débat avec des ONG et des responsables politiques locaux à Chefchaouen.

"L’objectif de ces journées étaient d’entendre ce que les agriculteurs – qui sont quand même les premiers concernés – avaient à dire sur le sujet, mais aussi de présenter notre programme", assure Mehdi Bensaïd, député du PAM. En décembre 2013, son parti avait déjà fait parler de lui en organisant un débat sur la légalisation du cannabis thérapeutique au Parlement. Cette initiative avait été plutôt bien accueillie par les élus des différents bords. Conséquence : l’Istiqlal, parti historique de l’indépendance marocaine, avait déposé dans la foulée une proposition de loi en faveur de la légalisation à usage médicinal.

Les principales zones de production de cannabis dans le Rif, au nord du Maroc. © Jeune Afrique

De leur côté, les responsables du PAM envisagent deux propositions de lois dans les semaines à venir. La première concerne la légalisation thérapeutique, médicinale et industrielle du cannabis. Il n’est donc pas question de dépénaliser ni de légaliser la vente et la consommation généralisées.

Si la surface cultivée a baissé de 60% en 10 ans, à environ 50 000 hectares, le Maroc reste l’un des principaux producteurs de haschich au monde. D’après les chiffres du ministère de l’Intérieur, 90 000 ménages, soit environ 700 000 Marocains, vivraient encore de la production du cannabis dans le Rif. Malgré différentes tentatives d’introduction d’autres cultures, comme des tomates ou des pommes de terre, ces derniers n’ont pas d’autres choix que de continuer à produire du kif sans pour autant profiter de son juteux trafic. "Il faut casser les tabous et faire primer les intérêts de ces citoyens, clame Mehdi Bensaïd. Notre projet de légalisation partielle profitera à tout le monde – État, agriculteurs, entreprises… – sauf aux trafiquants."

48 000 cultivateurs recherchés

Concrètement, le PAM propose de mettre en place une agence étatique qui aurait le monopole exclusif et achèterait le cannabis directement aux producteurs locaux, au même prix que le font les trafiquants, c’est-à-dire 10 euros le kilo de plant. Cette agence revendrait ensuite le kif à des entreprises et industries pharmaceutiques. Idéalement, cette stratégie permettrait de diminuer le trafic, d’accroître les revenus fiscaux de l’État, et de créer des emplois dans une région historiquement défavorisée.

Les députés du PAM entendent déposer cette première proposition de loi au Parlement après une deuxième journée de rencontre avec les agriculteurs, cette fois à Ketama, qui devrait avoir lieu d’ici trois semaines. Le deuxième texte, encore à l’étude, prévoit lui d’amnistier les 48 000 cultivateurs recherchés par les autorités parce que liés, souvent involontairement, à la culture de cannabis. "La majorité ne peut vivre en famille et se trouve dans une situation de semi-clandestinité. Il faut absolument trouver des solutions", explique Khadija Rouissi, autre élue PAM interrogée par l’AFP.

>> Lire aussi Maroc : les mille et une manières de cacher une cargaison de haschich

Encore polémique au Maroc, la possible légalisation partielle du cannabis reste très hypothétique. Mehdi Bensaïd et ses camarades du PAM assurent avoir bon espoir. "Aucun groupe parlementaire ne s’est opposé au projet", affirme-t-il. Il faudra attendre l’étude par le Parlement de la première proposition de loi de l’Istiqlal pour découvrir l’opinion des députés marocains sur cet épineux dossier.

___

Benjamin Roger

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte