Économie

Tunisie : le groupe Khechine s’offre Stafim Peugeot

Actif dans l’hôtellerie et le tourisme, ainsi que dans la porcelaine, le groupe Khechine s’offre pour 75,8 millions d’euros le contrôle de Stafim Peugeot.

Mis à jour le 16 septembre 2013 à 18:32

C’est finalement le groupe Khechine qui pilotera Stafim Peugeot. A l’issue d’un appel d’offres, 66 % de la société a été attribué à BEH (Les Biens d’Equipements Hôteliers), qui avait proposé pour cela 166,713 millions de dinars tunisiens (environ 75,8 millions d’euros). La marque française est actionnaire à hauteur de 34%.

Confisqué au lendemain de la révolution à Mehdi Ben Gaied, alors futur gendre de Leila Trabelsi, Stafim Peugeot était depuis géré par la holding Al Karama, en charge de certains biens confisqués au « clan » de l’ancien président Zine el Abdine Ben Ali. BEH est une société de fournitures d’équipements professionnels pour hôtels, restaurants, hôpitaux qui appartient à Abdelhamid Khechine, également actionnaire de Tunisie Porcelaine. 

Troisième cession

Autre candidat à la reprise via la société UADH, le groupe Loukil, déjà distributeur de Citroën et Mazda, avait proposé 143 millions de dinars. Le groupe Bouchamaoui était aussi candidat à travers le consortium  HBG-Esseyaha.

Fin 2012, ce dernier avait déjà repris des actifs de City Cars, avec le groupe Chabchoub. Egalement confisqués, les 66,7 % de la société qui commercialise la marque KIA avaient été emportés pour 116 millions de dinars. Au même moment, 60 % d’Ennakl, ex propriété de Sakhr el Materi, un autre gendre de Ben Ali avait été cédé au consortium Poulina-Parenin pour 218 millions de dinars.