Justice

Opposition burundaise : Sinduhije « profondément heureux » de sa libération en Belgique

Alexis Sinduhije, opposant burundais. © AFP

Alexis Sinduhije, opposant burundais, a été libéré dans la nuit de mardi à mercredi du centre fermé de l'aéroport de Bruxelles, où il était détenu depuis jeudi 1er mai. Un juge du Conseil du contentieux des étrangers (CCE) a décidé de suspendre la mesure de refoulement prise à son encontre.

L’opposant burundais en exil Alexis Sinduhije a été libéré dans la nuit de mardi à mercredi du centre fermé en Belgique où il était détenu, a indiqué son avocat, Me Bernard Maingain. Il avait été interpellé, jeudi 1er mai, après avoir été interpellé en provenance du Tchad, jeudi 1er mai, à l’aéroport de Bruxelles, alors qu’il était pourtant en possession d’"un visa Schengen d’une validité de trois ans et délivré par la France", Me Bernard Maingain.

Bujumbura avait réclamé à la Belgique l’extradition de Alexis Sinduhije, qu’il considère comme le responsable des violences ayant opposé début mars à Bujumbura la police à des centaines de ses militants.

Tournée européenne

"Alexis Sinduhije, président du parti "Mouvement pour la solidarité et le développement" (MSD) et l’un des plus farouches opposants au président burundais Pierre Nkurunziza, a quitté le centre fermé jouxtant l’aéroport mardi en fin de soirée", a expliqué l’avocat. Cette libération est consécutive à la décision d’un juge du Conseil du contentieux des étrangers (CCE) de suspendre la mesure de refoulement prise à son encontre.

"Mon client était profondément heureux de l’issue de cet incident", provoqué par "un excès de zèle" d’un fonctionnaire, a encore indiqué Bernard Maingain, qui a précisé que le lieu où se trouvait mercredi matin Alexis Sinduhije était gardé "confidentiel" pour "des raisons de sécurité".

"Il a quitté l’aéroport aux environs de 22h30 (20H30 GMT) pour aller dormir à Bruxelles", qu’il devait "quitter incessamment pour continuer sa tournée européenne", car "il est aujourd’hui libre de ses mouvements", a également précisé son porte-parole, Pancrace Cimpaye. L’opposant devait initialement se rendre en Italie puis en France.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte