Justice

Tunisie : arrestation du cyberactiviste Azyz Amami

| Par
Le cyberactiviste Azyz Amami.

Le cyberactiviste Azyz Amami. © Compte Facebook de Azyz Amami.

Tunis est en émoi après l’arrestation du blogueur Azyz Amami, qui rappelle les journées de fin décembre 2010 où le régime de Ben Ali avait opéré un vaste coup de filet chez les cyber activistes.

Le cyberactiviste, Azyz Amami, 31 ans, a été arrêté avec un ami, Sabri Mlouka, dans la nuit du lundi 12 mai à la Goulette, en banlieue de Tunis, sans aucun motif officiel. De nombreux proches du blogueur, dont son père, affirment qu’il a été agressé physiquement par les agents de police lors de son interrogatoire. Ils font également le lien entre cette arrestation et des propos tenus par le dissident, le 24 avril sur les plateaux de la chaîne Ettounoussya TV. Ce défenseur des martyrs de la révolution qui revendique en leur nom le droit à la vérité, y faisait remarquer que les forces de l’ordre, à défaut de pouvoir poursuivre pour vandalisme de nombreux jeunes ayant participé au soulèvement de décembre 2010 et janvier 2011, les inculpaient d’usage de stupéfiants, ce qui en Tunisie est passible d’un an de prison ferme. Aujourd’hui, Azyz Amami pourrait être au cœur de ce scénario qu’il décriait. "La police ne devrait pas interroger mon fils qui n’a eu de cesse de critiquer le système sécuritaire car ils sont juges et partie.", s’insurge son père, Khaled.

Après la mobilisation pour libérer Kafon, Weld El 15 et quatre cinéastes, l’arrestation d’Azyz Ammami et de Sabri Mlouka soulève de nouveau la question des peines encourues par les consommateurs de cannabis et la nécessaire réforme de lois devenues obsolètes. Un sentiment de révolte prédomine, aujourd’hui chez les jeunes tandis que d’autres estiment que l’arbitraire policier va à l’encontre de la démocratie et que les lieux dédiés à la garde à vue sont des espaces de non droit. Cette arrestation au motif encore flou risque de durcir le ton entre la société civile, les forces de l’ordre et le système judiciaire.

_______

Frida Dahmani, à Tunis

>> Sur Twitter, suivre le hashtag #FeeAzyz

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte