Politique

Signature de trois accords de coopération avec l’Argentine

L’Algérie et l’Argentine ont signé trois accords de coopération dont l’un dans le domaine de l’énergie nucléaire à usage pacifique, au deuxième jour de la visite officielle de la présidente Cristina Kirchner à Alger, a-t-on annoncé de source algérienne.

Par
Mis à jour le 17 novembre 2008 à 14:03

Les accords ont été paraphés en présence du président algérien Abdelaziz Bouteflika qui recevait son homologue argentine pour un second entretien, a précisé l’agence APS.

Le premier accord, qui porte sur le développement et l’utilisation pacifique de l’énergie nucléaire, a été signé par Chakib Khelil, ministre algérien de l’Energie et des Mines et Julio de Vido, ministre de la Planification fédérale, pour l’Argentine.

Les deux pays ont également paraphé un accord de coopération et d’échange d’expériences entre les agences de presse algérienne, Algérie Presse Service (APS), et argentine Telam, ainsi qu’un accord dans le domaine de la santé publique et des sciences médicales.

Un protocole additionnel à un accord signé en 2003 pour une coopération culturelle a de même été signé par Mourad Medelci, ministre algérien des Affaires étrangères et son homologue argentin, Jorge Taiana.

Mme Kirchner est arrivée dimanche matin à Alger pour une visite officielle axée notamment sur l’économie, l’Algérie et l’Argentine entendant intensifier leurs échanges commerciaux, favoriser la création de sociétés mixtes de production et renforcer leurs liens politiques dans le cadre de la coopération sud-sud, avait-on indiqué auparavant de source diplomatique argentine.

La présidente argentine s’est rendue lundi matin au monument des Martyrs, dédié aux héros de la révolution algérienne, qui surplombe la baie de la capitale, avant d’être reçue par M. Bouteflika avec qui elle s’était déjà entretenue la veille.

Mme Kirchner devait dans l’après-midi visiter le centre de recherche nucléaire à des fins pacifique "Nour" (lumière en arabe) de Draria, à quelques km d’Alger, que l’Argentine a construit en 1984 et d’une puissance de 3 mégawatts.

Elle doit également se rendre à la "semaine économique" argentine organisée dans un hôtel de la capitale, où soixante-dix entrepreneurs et hommes d’affaires argentins venus à l’occasion de sa visite ont entrepris des rencontres et discussions avec des décideurs algériens.

Celles-ci portent particulièrement sur les secteurs de l’agroalimentaire, des médicaments, des véhicules, des machines agricoles, des plastiques, des équipements électriques, des textiles, du bois et des meubles, a-t-on indiqué de source argentine.

D’autres secteurs seront au centre des discussions, notamment la chimie, la sidérurgie, les matériaux de construction, les mines, la biotechnologie, le gaz ou le pétrole.