Société

Tirs contre le président: un mort et plusieurs blessés

Un « assaillant » a été tué à Bissau lors d’une attaque contre la résidence du président Joao Bernardo Vieira, a indiqué à l’AFP un responsable du ministère bissau-guinéen de l’Intérieur, qui a fait état de « plusieurs blessés » parmi les forces loyalistes.

Par
Mis à jour le 23 novembre 2008 à 07:09

"Nous avons enregistré un mort du côté des assaillant et plusieurs blessés dans nos rangs", a indiqué sous couvert d’anonymat cette source au ministère. "Nous avons réussi à arrêter plusieurs militaires", a ajouté ce responsable.

L’Union africaine a rejeté "par avance" dimanche "toute tentative de prise de pouvoir par la force" en Guinée Bissau où des soldats ont mené une attaque contre la résidence du président, une semaine après des élections législatives. Le président de la Commission de l’Union africaine (UA) Jean Ping a exprimé sa "très grave préoccupation" quant à "la dégradation de la situation" en Guinée Bissau et réaffirmé "le rejet total par l’UA de tout changement anti-constitutionnel de gouvernement". M. Ping "condamne par avance toute tentative de prise du pouvoir par la force", indique un communiqué de l’UA transmis à l’AFP.

En rappelant que le scrutin du 16 novembre s’est déroulé "dans des conditions jugées satisfaisantes par l’ensemble des observateurs internationaux, y compris ceux de l’UA", M. Ping souligne que ces élections "ont connu une participation massive, attestant ainsi l’attachement du peuple bissau-guinéen à la démocratie", ajoute le communiqué.

Selon des sources diplomatiques africaines, "des tirs ont été entendus très tôt dimanche matin dans la capitale bissau-guinéenne, notamment aux abords de la résidence du président". "Il est possible qu’une partie de l’armée, restée fidèle à l’ex-président Kumba Yalla, dont le parti pour la rénovation sociale (PRS, opposition) n’est arrivé qu’en deuxième position, veuille se faire entendre", a estimé un diplomate de retour de Guinée.

Dans son communiqué, M. Ping "appelle l’ensemble des acteurs politiques bissau-guinéens à saisir l’occasion du bon déroulement des élections législatives pour approfondir le processus démocratique dans leur pays et s’atteler à relever les nombreux défis auquel il est confronté". Le président Ping "est en contact avec le président Joao Bernardo Viera, ainsi qu’avec des dirigeants de pays de la région pour évaluer la situation", conclut l’UA.

Son porte-parole El-Ghassim Wane a indiqué à l’AFP que "M. Ping a été notamment en contact avec le président sénégalais Abdoulaye Wade qui suit aussi le dossier de près. Nous essayons de voir comment la situation évolue et comment nous pouvons y faire face".

L’ex-parti unique de Guinée-Bissau, le Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap vert (PAIGC), dirigé par l’ex-Premier ministre (2004-2005) Carlos Gomes Junior qui a globalement dominé la vie politique de l’ex-colonie portugaise depuis l’indépendance en 1974, a remporté sans surprise le scrutin, selon des résultats encore provisoires publiés vendredi.

Les résultats définitifs doivent être proclamés mercredi. Les Nations Unies avaient également jugé lundi que les élections avaient été dans l’ensemble "transparentes et ordonnées".