Politique

Les dissidents de l’ANC lancent officiellement un nouveau parti

Les dissidents du Congrès national africain (ANC), parti au pouvoir en Afrique du Sud, lanceront officiellement mardi leur nouveau parti, le Congrès du peuple (Cope), en vue des élections générales prévues début 2009.

Par
Mis à jour le 15 décembre 2008 à 14:29

Le Cope, qui regroupe des personnalités de premier plan proches de l’ancien président Thabo Mbeki, va être officiellement lancé mardi après-midi lors d’un meeting qui va clôturer une conférence de deux jours à Bloemfontein (centre), ville où est né l’ANC en 1912.

Les organisateurs vont également annoncer les noms des nouveaux dirigeants et le programme politique du Cope en vue des élections de 2009.

L’ANC, "plus que quiconque, devrait savoir qu’il n’y a aucune chance que nous fassions marche arrière, nous sommes maintenant tournés vers les élections", a déclaré le président par intérim du Cope, Mosiuoa Lekota.

"Même si certains d’entre nous décident de rejoindre à nouveau l’ANC, cela ne signifiera pas la fin du parti, (. . . ) il sera toujours là", a-t-il ajouté.

Les élections de 2009 sont considérées comme un test important pour le très puissant ANC, au pouvoir depuis la chute de l’apartheid en 1994.

Les dissidents du parti au pouvoir pourraient fortement écorner l’assise de l’ANC lors des prochains scrutins comme le prouvent les résultats des élections municipales partielles. Ils ont participé mercredi à leur premier scrutin et ont remporté dix sièges sur 41.

Selon un sondage d’Ipsos-Markinor publié lundi, 20% des partisans du parti au pouvoir se disent prêts à voter pour un parti similaire à l’ANC.

"Le lancement de ce nouveau parti pourrait faire chuter le soutien à l’ANC en dessous de la barre des 60% aux élections de 2009", précise ce sondage réalisé auprès de 3. 500 personnes.

Le Cope est né d’une lutte interne entre le chef de l’ANC favori dans la course à la présidence Jacob Zuma et Thabo Mbeki contraint à la démission par son propre parti en septembre.