Politique

Les rebelles touareg du FFR démentent avoir enlevé Robert Fowler

Le président du groupe rebelle touareg nigérien du Front des Forces de Redressement (FFR) a démenti toute implication de son mouvement dans la disparition de deux diplomates canadiens, dont l’envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon pour le Niger Robert Fowler.

Par
Mis à jour le 16 décembre 2008 à 08:08

"Le FFR dément formellement être impliqué dans la disparition" des diplomates, a affirmé au téléphone Mohamed Awtchiki Kriska, une des figures de la révolte touareg des années 1990.

"Nous ne sommes pas au courant. La personne qui a mis cette information sur notre site internet a été induite en erreur. Ce type d’action est contraire à la vision et l’approche du FFR", a-t-il déclaré.

Peu auparavant, un communiqué signé par le "commissaire à la guerre" du FFR, Rhissa Ag Boula, une autre figure historique de la rébellion, avait revendiqué l’enlèvement. Il affirmait que Robert Fowler "se porte bien, et sera bientôt transféré dans un lieu sûr, et remis à d’autres collaborateurs qui le prendront en charge".