Politique

Nouvel appel de l’ex-chef du GSPC aux islamistes armés à se rendre

| Par AFP

©

L’ex-chef et fondateur du Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) Hassan Hattab, appelle de nouveau les islamistes armés en Algérie à rendre les armes et bénéficier de la charte pour la réconciliation nationale, dans un message dont l’AFP a obtenu copie.

Condamnant les attentats commis au nom de l’islam, Hassan Hattab appelle ses « frères » toujours au maquis « à arrêter leurs actions vu ce qui se passe à Gaza et au moment où la nation musulmane est attaquée par les sionistes », dans ce document manuscrit de quatre pages intitulé « repentance ».

« Je vous conseille d’arrêter ce que vous faites et de rejoindre la société et vos familles, et la société est prête à vous accueillir et panser les blessures », ajoute-t-il.

L’Algérie a adopté par référendum en 2006 une charte pour la réconciliation nationale offrant l’amnistie, sous certaines conditions, aux islamistes armés désirant déposer les armes.

« Je condamne et me repens de ces actes » qui ne servent ni l’islam ni les musulmans et « contre lesquels j’avais déjà mis en garde par le passé », écrit-il encore.

L’ancien chef du GSPC avait déjà appelé le 19 août les islamistes montés au maquis à renoncer à la lutte armée et à rendre les armes, quelques heures après une attaque suicide qui a fait mardi 43 morts à l’est d’Alger.

Hassan Hattab, qui selon lui a cessé l’action armée en septembre 2003, s’est rendu aux autorités algériennes fin septembre 2007, selon le ministre de l’Intérieur Yazid Zerhouni.

Il avait été exclu du GSPC, qui s’est rallié en septembre 2006 au réseau terroriste Al-Qaïda d’Oussama ben Laden et s’est rebaptisé depuis Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte