Politique

Raul Castro à Alger, terre amie et alliée

©

Le chef de l’Etat cubain Raul Castro est arrivé à Alger en terre « amie et alliée », les deux pays entretenant depuis l’indépendance de l’Algérie en 1962 des relations diplomatiques et politiques qualifiées « d’exemplaires ».

La visite de Raul Castro à l’invitation de son homologue Abdelaziz Bouteflika "témoigne de la qualité des relations historiques d’amitié et de solidarité entre l’Algérie et Cuba", a affirmé la présidence algérienne dans un communiqué.

Le programme de cette visite d’Etat n’a pas été précisé officiellement.

Les deux chefs d’Etat devaient discuter du "renforcement de la coopération bilatérale qui a connu, ces dernières années, une évolution appréciable", en procédant également à "un échange de vues sur les questions régionales et internationales d’interêt commun", selon le communiqué de la présidence.

L’amitié entre les deux pays a été réaffirmée à maintes reprises, particulièrement lors des sept visites que Fidel Castro a effectuées en Algérie, dont la dernière remonte à 2001.

Convalescent après une opération, il avait aussi reçu en septembre 2006 à La Havane son "ami et allié" M. Bouteflika, venu assister à un sommet des Non alignés, un mouvement créé en pleine guerre froide comme alternative aux blocs communiste de l’Est et capitaliste de l’Ouest.

Au fil des ans, les deux pays ont tissé des liens étroits, partageant les mêmes point de vue au sein des Nations unies ou du Mouvement des Non alignés ainsi que sur le dialogue Sud-Sud ou l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

En même temps, ils ont développé une coopération économique au sein d’une commission mixte, signant en particulier en 2005 cinq accords de coopération dans les domaines de la santé principalement, mais aussi du sport, de la culture et de la pêche.

Plus d’une centaine de médecins cubains exercent actuellement en Algérie dans le sud et la région des hauts Plateaux alors que plus de deux mille coopérants au total ont travaillé dans ce pays depuis 1962.

La Havane a également prévu la construction d’une douzaine de cliniques ophtalmologiques – dont certaines sont en activité comme celle de Djefla (270 km au sud d’Alger)- qu’elle gèrera à El-Oued (sud-est), Béchar (sud-ouest), Ouargla (800 km au sud d’Alger) et Tlemcem (ouest).

D’autres seront construites notamment à Tamanrasset (grand sud) ou Sétif (est).

Le groupe public algérien pharmaceutique Saidal a d’autre part conclu le 2 février à Alger un accord de partenariat et de transfert de technologie avec le groupe cubain Heber biotic pour la production en Algérie d’un vaccin contre l’hépatite B.

L’accord prévoit aussi la construction à terme d’une usine en Algérie pour la production de ce vaccin, d’une capacité de 5 millions de doses pour un investissement estimé à 3,5 millions d’euros, selon Saidal.

Pour le quotidien gouvernemental El Moudjahid samedi, il ne fait "nul doute" que la visite de Raul Castro donnera une "impulsion plus grande à la coopération économique pour la hisser au niveau des relations politiques, exemplaires en soi".

Raul Castro, 77 ans, a pris en juillet 2006 la relève à la tête de l’Etat de son frère Fidel, 82 ans, malade. Il a a depuis effectué une visite d’Etat au Venezuela en décembre et une autre ces deux dernières semaines en Russie puis en Angola d’où il arrivera.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte