Dossier

Cet article est issu du dossier «Spécial Madagascar: les vidéos, les dépêches»

Voir tout le sommaire
Politique

Le secrétaire d’Etat français Alain Joyandet à Madagascar

©

Le secrétaire d’Etat français à la Coopération Alain Joyandet a annoncé qu’il se rendrait mercredi à Madagascar avec une délégation de la Commission de l’océan Indien afin de plaider pour une issue pacifique à la crise qui secoue ce pays.

M. Joyandet a indiqué, dans un communiqué, qu’il rejoindrait mercredi à Maurice une "délégation de haut niveau" de la Commission de l’océan Indien, qui se rendra dans l’après-midi à Antananarivo, la capitale de Madagascar.

Cette délégation aura "notamment pour objectif d’évaluer la situation à Madagascar", en proie à une grave crise politique entre le président Marc Ravalomanana et son rival le maire destitué de la capitale, Andry Rajoelina.

Au moins 28 personnes ont été tuées et 212 blessées samedi à Antananarivo par la garde présidentielle, qui a tiré sans sommation sur les partisans de M. Rajoelina, qui réclame la destitution du chef de l’Etat.

"Compte tenu des événements de samedi dernier et de l’inquiétude légitime qu’ils suscitent au sein de la communauté internationale, nous souhaitons, avec les Comores, Maurice et les Seychelles, -voisins, comme nous, de la Grande île- délivrer un message d’apaisement à la population malgache et inviter chacune des parties à trouver les voies et moyens d’une sortie de crise", écrit M. Joyandet.

La France, ancienne puissance coloniale à Madagascar, fait partie de la Commission de l’océan Indien en raison de la présence dans cette région d’un de ses départements d’outre-mer, l’île de La Réunion.

M. Joyandet a ajouté que l’ambassade de France à Madagascar restait "mobilisée pour assurer la protection et la sécurité des plus de 20.000 ressortissants français installés dans le pays".

Le ministère français des Affaires étrangères a de son côté indiqué que l’ambassade avait vu ses effectifs renforcés, et que des messages de prudence étaient diffusés à la communauté française.

Paris avait indiqué la semaine dernière que les forces françaises stationnées à La Réunion étaient placées en "vigilance renforcée" pour faire face à une éventuelle aggravation de la crise malgache.

La France a condamné dimanche la violence qui "ne peut aboutir qu’à une impasse" à Madagascar, et "exhorté toutes les parties à s?unir afin de rejeter la violence" et à travailler à une "réconciliation nationale".

Le ministère des Affaires étrangères a exprimé lundi la "disponibilité" de la France "à apporter sa contribution dans la mesure où les protagonistes malgaches le souhaiteraient".

Le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner "l’a rappelé au cours de ses différents contacts avec les protagonistes de cette crise", a poursuivi un porte-parole du Quai d’Orsay, Romain Nadal.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte