Politique
Colère en Outre-Mer

Cet article est issu du dossier

Colère en Outre-Mer

Voir tout le sommaire
Politique

Les principales annonces de Sarkozy pour l’outre-mer

Voici les principales annonces faites par le président Nicolas Sarkozy pour l’outre-mer devant les élus ultramarins réunis à l’Elysée, puis sur RFO :

Par
Mis à jour le 20 février 2009 à 11:46

– effort supplémentaire de l’Etat au profit des quatre DOM de 580 millions d’euros (dont 280 au titre du RSA en 2010)

– exonération de toute charge sociale de la prime exceptionnelle que les entreprises pourraient verser aux salariés modestes en Guadeloupe et complément sous forme de RSA pour "arriver très près de la demande initiale de 200 euros supplémentaires" du collectif LKP

– Etats généraux de l’outre-mer dans chaque collectivité, que M. Sarkozy ouvrira lui-même en se rendant en Guadeloupe en avril. Synthèse en mai, avant réunion du premier Conseil interministériel de l’outre-mer avant la fin mai

– améliorations du projet de loi pour le développement de l’outre-mer: enveloppe supplémentaire de 150 millions d’euros, portant sur les zones franches globales d’activités (notamment pour la taxe professionnelle), les exonérations de charges sociales et le logement social

– mise au point par la grande distribution dans tous les DOM d’une liste de 100 produits de référence commercialisés à un prix proche de celui de la métropole

– application du RSA effective avant fin 2009, concernera "a minima 110.000 foyers modestes dans les quatre DOM", augmentation moyenne de leurs ressources de 200 euros par mois (coût en 2010: 280 millions d’euros)

– versement de la "prime de solidarité active de 200 euros qui anticipera le RSA dès avril, au profit de 243.000 bénéficiaires"

– remise à plat si nécessaire du système de fixation des prix des carburants

– remise à plat des conditions de la concurrence

– doublement d’ici à trois ans du nombre de jeunes formés par le service militaire adapté (SMA), pour le porter de 3.000 à 6.000

– création d’une collectivité unique par DOM (au lieu d’un conseil général et d’un conseil régional) "si c’est le choix de la population".