Archives

Fermeture de deux mines de diamants, près de 600 licenciements

La principale compagnie minière du Botswana a confirmé la fermeture jusqu’à la fin de l’année de deux mines de diamants et annoncé le licenciement de 588 personnes, en raison de la chute de la demande liée à la crise mondiale.

Par
Mis à jour le 23 février 2009 à 16:01

Debswana, détenue par le gouvernement botswanais et le diamantaire sud-africain De Beers, a indiqué avoir fermé jusqu’à la fin de l’année les mines de Orapa et Damtshaa, dans le nord du pays. Deux autres mines, fermées depuis Noël, devraient en revanche rouvrir le 14 avril, a ajouté la compagnie.

"Ces actions visent à minimiser l’impact de la crise mondiale. Nous réduisons la production 2009 en fonction de la demande pour conserver des liquidités dans le groupe, protéger des emplois et se tenir prêt pour un retournement du marché", a déclaré sa porte-parole Esther Kanaimba.

"Au total, 580 employés seront directement affectés par la suspension de la production dans les mines de Damtshaa et Orapa", a-t-elle ajouté.

Le Botswana est le plus gros producteur mondial de diamants, en valeur et en volume. En 2006, le pays a produit 34,3 millions de carats à partir de ses quatre mines à ciel ouvert, pour une valeur de 17,4 milliards de pulas (1,6 milliard d’euros).

Debswana produit plus de 30 millions de carats par an, soit 22% de la production mondiale de diamants. Elle emploie 6. 300 personnes, dont 95% sont Botswanais.

La production de diamants non taillés est la plus importante industrie du pays, représentant 50% des recettes publiques, 33% du produit intérieur brut et 70% des rentrées de devises.