Bourse

La BAD et la Fondation Made In Africa lancent le fonds Africa50

| Par Jeune Afrique
Le capital du fonds, initialement prévu pour atteindre 3 milliards de dollars, pourrait à terme collecter 10 milliards de dollars.

Le capital du fonds, initialement prévu pour atteindre 3 milliards de dollars, pourrait à terme collecter 10 milliards de dollars. © Nasdaq

La Banque africaine de développement et la fondation Made in Africa ont procédé à l’introduction du fonds Africa50 sur le Nasdaq. Ce fonds espère lever 500 millions de dollars d’ici à la fin du premier semestre 2014.

La Banque africaine de développement (BAD) et la fondation Made in Africa ont procédé au lancement du fonds Africa50 sur le Nasdaq, la place boursière new yorkaise, le 26 septembre 2013. La BAD et l’ONG londonienne, fondée par le magnat du pétrole nigérian Kola Aluko et le designer anglais Ozwald Boateng, espèrent lever 500 millions de dollars pour ce fonds d’ici à la fin du premier semestre 2014.

Accélérer le développement

Lire aussi :

BAD : 400 millions de dollars de financements pour le commerce africain
Fathallah Oualalou : « Ce qui a pris un siècle en Europe se fera en vingt ans en Afrique »

Selon le communiqué publié par la BAD, les fonds récoltés durant cette opération serviront à accélérer le développement des projets d’infrastructures en Afrique, à travers notamment le financement d’études de faisabilité.

Tas Anvaripour, en charge des projets de financement d’infrastructures à la BAD et responsable du fonds Africa50, note par ailleurs que « le nombre de projets d’infrastructures bancables mis sur le marché est encore insuffisant, alors qu’ils offrent un excellent moyen de diversifier les portefeuilles d’investissement ainsi que des rendements à long terme stables et supérieurs à la moyenne ».

Pour la BAD, cette initiative devrait renforcer les efforts entrepris par l’organisation panafricaine pour augmenter le taux de réalisation des infrastructures en Afrique. S’exprimant en août 2013, au cours de l’assemblée annuelle de l’Association des banques centrales africaines organisées à Maurice, Donald Kaberuka, le président de la BAD avait insisté sur le besoin de « faire passer le délai entre la conception des projets d’infrastructures et leur bouclage financier d’une moyenne actuelle de sept ans à moins de trois ans ».

Financement direct des projets d’infrastructures

Le fonds, auquel la BAD et l’homme d’affaires nigérian Kola Aluko ont apporté 50 millions de dollars respectivement, a pour l’instant levé 250 millions de dollars, rapporte le Wall Street Journal. Le quotidien américain rappelle cependant que Africa50 devrait à terme participer directement au financement des projets d’infrastructures en Afrique. C’est d’ailleurs dans cette optique qu’en juillet 2013, Africa50 a reçu l’aval des principales organisations régionales africaines, parmi lesquelles l’Union africaine et la Commission économique pour l’Afrique, en tant que principal véhicule financier pour la mobilisation de ressources à grande échelle et la mobilisation des financements privés internationaux pour résorber le déficit en infrastructure de l’Afrique.

Le capital du fonds, initialement prévu pour atteindre 3 milliards de dollars, pourrait à terme collecter 10 milliards de dollars.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte