Banque

Laurence do Rego, celle par qui le scandale arrive

Laurence do Rego a rejoint Ecobank en 2002 en tant que directrice du contrôle financier de Ecobank Bénin.

Laurence do Rego a rejoint Ecobank en 2002 en tant que directrice du contrôle financier de Ecobank Bénin. © Vincent Fournier/JA

La décision d’écarter Laurence do Rego, la puissante directrice chargée de la finance et du risque chez Ecobank a entraîné une réaction en chaîne, qui a plongé le groupe panafricain dans la tourmente

Fin juin à Lomé, le malaise était déjà perceptible. Lors de l’assemblée générale d’Ecobank – qui marquait également le 25e anniversaire du groupe -, Laurence do Rego, puissante administratrice exécutive et directrice finance et risque, était en retrait, contrairement aux habitudes. En coulisses, son sort avait été scellé quelques jours plus tôt, le 19 juin, par les administrateurs. Thierry Tanoh avait obtenu d’eux l’autorisation de la révoquer pour nommer le directeur financier de son choix. Et quelques semaines plus tard, le 5 août, elle était suspendue.

Diplôme manquant

Une décision motivée, officiellement, par la découverte qu’elle n’avait pas le diplôme d’expert-comptable certifié dont elle se prévalait. Absence confirmée depuis par un courrier du ministère français de l’Enseignement supérieur et de la Recherche daté du 28 août.

Lire aussi :

Ecobank à nouveau dans la tourmente
Ecobank : les marchés financiers restent confiants
Ecobank : Seydou Ba enquêtera sur les allégations de Laurence do Rego
Ecobank : la grande enquête

Au cours du conseil d’administration du 5 août, qui a mené à sa suspension, ses compétences ont été partiellement remises en question à la suite de rapports effectués quelques mois plus tôt par les autorités bancaires de l’Union monétaire ouest-africaine (Umoa) et du Nigeria. Des critiques qui ont surpris les familiers de cette Franco-Béninoise de 48 ans dont la réputation était jusqu’à récemment bonne, plusieurs financiers l’ayant côtoyée la qualifiant de bonne professionnelle.

« Ekpe girl »

En réalité, Laurence do Rego paie aussi son statut d’ »Ekpe girl ». « Elle était vue par Thierry Tanoh comme trop proche d’Arnold Ekpe. Il était logique qu’il veuille s’en séparer et nommer à sa place le directeur financier de son choix, car c’est un poste très sensible », souligne un dirigeant de la banque.

Dans la lettre qu’elle a adressée à l’autorité des marchés du Nigeria après sa suspension, Laurence Do Rego met en cause la méthode du directeur général, parlant de « pressions psychologiques » et de « dénigrement ». Thierry Tanoh ne s’attendait pas à une telle résistance. Il aurait dû se méfier : femme à la poignée de main ferme, Laurence do Rego était réputée pour son caractère de battante. « J’ai donné onze années de ma vie à cette institution… C’est vous qui allez partir », a-t-elle ainsi lancé au directeur général lorsque celui-ci lui a demandé de démissionner.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte