Société

Affaire Kieffer: la famille lance un nouvel appel à témoin

La famille du journaliste franco-canadien Guy-André Kieffer, disparu en 2004 à Abidjan, a lancé un nouvel appel à témoin en Côte d’Ivoire en vue de déterminer « les circonstances et les suites » de cette affaire, selon un communiqué transmis à l’AFP.

Par
Mis à jour le 26 février 2009 à 17:58

"Comme vous le savez sans doute, le journaliste français Guy-André Kieffer a été enlevé à Abidjan le 16 avril 2004. Depuis ce jour, il n’a plus donné signe de vie", peut-on lire dans ce texte signé de Bernard Kieffer, frère cadet du journaliste.

"Si vous détenez la moindre information sur cette affaire, sur les causes, les circonstances et les suites de l’enlèvement de Guy-André (. . . ), je vous prie de prendre contact" avec la famille, ajoute-t-il.

Selon lui, "les justices française et ivoirienne, les enquêteurs de deux pays, ont réuni beaucoup d’éléments d’information sur les commanditaires et les exécutants présumés de cette disparition".

Un premier appel à témoin avait été lancé en septembre 2005 et avait permis de "remonter des informations intéressantes", notamment celles de l’Ivoirien Seydou Berthé, principal témoin du juge français Patrick Ramaël en charge du dossier, a-t-il affirmé, joint au téléphone à Paris depuis Abidjan.

Le 19 novembre, la justice ivoirienne avait lancé un mandat d’arrêt international à l’encontre de M. Berthé pour avoir "fait des déclarations mensongères tant à la presse française qu’au juge Ramaël".

Selon la justice ivoirienne, Seydou Berthé a affirmé dans ses premières déclarations au juge Ramaël avoir été le chauffeur du chef du commando armé qui a enlevé le journaliste le 16 avril 2004, puis avoir assisté à son assassinat.

Ce témoin est ensuite revenu sur ses déclarations lors d’une dernière audition, en juin 2008, en présence de magistrats ivoiriens.

Journaliste indépendant enquêtant sur diverses malversations en Côte d’Ivoire, notamment dans la filière cacao, Guy-André Kieffer a été enlevé en plein jour à Abidjan.