Dossier

Cet article est issu du dossier «Aérien : les aéroports africains décollent-ils ?»

Voir tout le sommaire
Économie

Le match des « petits » constructeurs aériens

Le canadien Bombardier et ses CSeries de 100 à 149 sièges.

Le canadien Bombardier et ses CSeries de 100 à 149 sièges. © Bombardier

Le développement des lignes intra-africaines offre de plus en plus d’opportunités aux fabricants d’avions de 50 à 120 places.

Dans une dizaine d’années, le secteur aérien africain sera équivalent à celui du Moyen-Orient. L’émergence d’une classe moyenne et la diversification des économies vont tirer cette croissance, ce qui augmentera le trafic intra-africain.

Cohabitation

Une aubaine pour les constructeurs d’appareils de 50 à 120 places comme l’européen ATR, le canadien Bombardier ou le brésilien Embraer, 87 % des routes aériennes correspondant à des vols de moins de cent passagers sur le continent. Un marché où cohabitent des avions turbopropulsés (à hélices), économes en carburant, et des jets (dotés de réacteurs), plus rapides.

« Même avec une forte croissance, ce marché reste une niche, la concurrence y est très forte. Les compagnies africaines se doteront de 250 appareils de ce type dans les vingt ans à venir », indique Matthieu Duquesnoy, vice-président Afrique et Moyen-Orient d’Embraer Commercial Aviation. Le groupe brésilien compte plus de 160 appareils (dont 80 jets) sur le continent, dans 20 compagnies environ. Et l’avionneur a ouvert un centre de maintenance en Afrique du Sud.

Lire aussi :

L’Afrique, cible des avionneurs au salon du Bourget
Johannesburg, pied-à-terre d’Embraer

Espoirs

Bombardier, qui fabrique à la fois des appareils turbopropulsés et des jets, affiche le même enthousiasme. « Nous venons de signer avec un treizième opérateur pour notre modèle CRJ [de 60 à 99 places]. Au total, nous comptons 170 avions sur le continent », se félicite Raphaël Haddad, vice-président Afrique et Moyen-Orient.

Plusieurs compagnies seraient aussi intéressées par les nouveaux modèles, les CSeries, de 100 à 149 places. Preuve de ses espoirs sur le continent, Bombardier s’apprête à inaugurer au Maroc une usine dans laquelle il aura investi 200 millions de dollars (près de 150 millions d’euros) d’ici à 2020.

De son côté, ATR, spécialiste des appareils turbopropulsés de 50 à 70 places, a aussi fait de l’Afrique une priorité. Il y a renforcé sa présence en implantant un centre de formation à Johannesburg. Son objectif : doubler en dix ans le nombre de ses avions en service sur le continent (110 aujourd’hui). Le consortium européen mise sur leur faible consommation et leur souplesse d’utilisation lorsque les infrastructures sont limitées. Il pourrait aussi lancer la production d’un avion de 100 places. Pour tous, le match ne fait que commencer.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte