Dossier

Cet article est issu du dossier «Mandat d'arret contre Béchir: les réactions»

Voir tout le sommaire
Société

Darfour: MSF a reçu l’ordre de Khartoum d’évacuer son personnel international

Carte du Soudan ©

Médecins sans frontières (MSF) a annoncé à l'AFP avoir reçu l'ordre du gouvernement soudanais d'évacuer son personnel international du Darfour, région déchirée par la guerre civile dans l'ouest du Soudan.

Sur son site internet, l’ONG médicale précise que "le gouvernement du Soudan a ordonné à MSF d’évacuer tout son personnel international d’un certain nombre de ses programmes dans l’Ouest et le Sud Darfour le 4 mars au plus tard" et se déclare "inquiète du sort des populations".

MSF a précisé à l’AFP qu’environ 70 personnes – des expatriés et des Soudanais non originaires du Darfour – avaient été évacués mardi des programmes, situés à Zalingei, Niertiti, Muhajariya et Kalma.

"Les raisons invoquées par le gouvernement pour justifier cette décision concernent le fait de ne pouvoir assurer la sécurité des équipes internationales de MSF, en vue de l’annonce attendue de la Cour Pénale internationale concernant le Président soudanais", précise l’ONG.

La CPI doit annoncer mercredi si elle lance ou non un mandat d’arrêt contre Omar el-Béchir, accusé par le procureur de génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité au Darfour.

Après cette évacuation, "dans certains sites où MSF est le seul acteur médical, les populations n’auront plus du tout accès aux soins", déplore l’ONG qui a cessé ses activités à Muhajariya et les a interrompues à Niertiti, alors que des cas de méningite viennent d’être confirmés.

Une épidémie de méningite s’est également déclarée dans le camp de Kalma qui regroupe 90. 000 personnes déplacées, précise-t-elle.

MSF réaffirme avec fermeté que "l’association est totalement indépendante" de la CPI. "Il est crucial que l’assistance humanitaire demeure indépendante et impartiale, afin de délivrer une aide médicale vitale aux populations qui en ont besoin", poursuit l’ONG. "MSF appelle toutes les parties au conflit à respecter et à faciliter (son) travail, et à permettre un retour rapide et en toute sécurité de nos équipes internationales".

L’ONG Médecins du Monde (MDM) avait annoncé lundi à Paris l’évacuation de ses équipes du Jebel Marra, dans le nord du Darfour, en l’expliquant par une "dégradation des conditions de sécurité".

Lire les autres articles du dossier

«Mandat d'arret contre Béchir: les réactions»

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte