Société

L’Argentin Luis Moreno-Ocampo, premier procureur à l’échelle de la planète

| Par AFP

©

Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), l’Argentin Luis Moreno-Ocampo, qui a obtenu un mandat d’arrêt contre le président soudanais el-Béchir, est à 56 ans un idéaliste pragmatique ayant dédié sa vie à la traque des pires criminels de la planète.

Ce champion des droits de l’homme, qui a fait ses armes dans des procès contre les principaux responsables de la junte militaire argentine dans les années 80, a aussi été avocat avant d’accepter en 2003 le difficile poste de premier procureur de la CPI.

« Il répète sans cesse que c’est le job le plus fantastique au monde. Il travaille 24 heures sur 24 (. . . ) il dit que c’est une chance extraordinaire d’avoir été mandaté pour rendre justice aux victimes du Darfour ou de l’Ouganda », explique à l’AFP sa collaboratrice Béatrice Le Fraper.

En six ans, Luis Moreno-Ocampo a obtenu que la CPI émette au moins douze mandats d’arrêts contre des auteurs présumés de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité en République démocratique du Congo (RDC), Ouganda, Centrafrique et au Darfour.

Il a obtenu le transfert à La Haye de quatre suspects, dont trois miliciens congolais notamment accusés d’enrôlement d’enfants et de crimes sexuels, et récemment, de l’ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba.

Les ONG ont longtemps critiqué le procureur, accusé de ne s’en prendre qu’à du « menu fretin ».

Ce père de quatre enfants, dont l’épouse est restée à Buenos Aires où elle travaille, parcourt la planète, réclamant plus de coopération devant les organisations internationales, les chefs d’Etat et diplomates, suivant les travaux de ses enquêteurs et juristes ou recevant les ONG.

Luis Moreno-Ocampo, conseiller de la Banque mondiale et actif à Transparency International, une ONG combattant la corruption, a aussi été l’avocat de personnalités parfois controversées comme l’ancien international de football Diego Maradona, et enseigné dans de prestigieuses universités comme Harvard.

Une de ses premières affaires en Argentine a été le procès de l’ancien homme fort de la dictature, le général Jorge Videla, jugé avec huit autres responsables de ce régime de terreur (1976-1983) durant lequel au moins 15. 000 personnes ont disparu.

Le jeune procureur adjoint Moreno-Ocampo, qui aime raconter que sa mère s’était indignée de ses poursuites contre Videla, ce « bon catholique » qu’elle rencontrait chaque dimanche à la messe, avait alors mené tambour battant six mois d’audiences et fait témoigner plus de 800 personnes.

D’une élégance discrète, le quinquagénaire à la barbe poivre et sel habillé d’un éternel costume noir sur chemise blanche, a l’habitude de s’exprimer d’une voix égale en un anglais teinté d’accent espagnol et au débit rapide.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte