Justice

Début du procès de l’opposant John Fru Ndi, après sept reports

| Par AFP

©

Le procès du principal opposant camerounais John Fru Ndi, accusé de complicité d’assassinat d’un militant de son parti, le Front démocratique social (FDS), s’est ouvert devant un tribunal de Yaoundé après sept reports, a constaté une journaliste de l’AFP.

Le procès a débuté à la mi-journée avec l’audition d’une partie des témoins présentés par l’accusation.

Le tribunal a suspendu l’audience en fin d’après-midi et reprendra jeudi avec la poursuite de l’audition des témoins.

Le procès du chef du FDS, initialement prévu le 20 août 2008, avait été reporté sept fois pour diverses raisons.

Défendu par un groupe de 26 avocats, M. Fru Ndi comparaît libre et n’a cessé de clamer son innocence. Il est accusé d’être impliqué dans la mort, en mai 2006, de Grégoire Diboulé Nzali, lors d’un affrontement entre militants de branches rivales du SDF au siège provincial du parti à Yaoundé.

Grégoire Diboulé Nzali appartenait à une mouvance dissidente du FDS dirigée par Bernard Muna qui a, depuis, quitté cette formation pour devenir président de l’Alliance des forces de progrès (AFP), autre parti d’opposition.

Une quarantaine de personnes avaient été arrêtées après la mort de Diboulé Nzali. Vingt-trois d’entre elles avaient ensuite été placées en détention préventive. Deux prévenus sont décédés en prison. Le tribunal a ordonné la libération des 21 autres début novembre 2008, jugeant illégaux leurs mandats de détention provisoire.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte