Bourse

Algérie : dix entreprises publiques bientôt en Bourse

| Par Jeune Afrique
Aujourd'hui, seulement quatre entreprises sont cotées à la Bourse d'Alger, dont deux publiques. DR

Aujourd'hui, seulement quatre entreprises sont cotées à la Bourse d'Alger, dont deux publiques. DR ©

Le Conseil des participations de l’État (CPE) algérien a donné son feu vert le 26 septembre à l’introduction en Bourse de dix entreprises publiques, selon le site d’information TSA.

Dix entreprises publiques algériennes pourraient prochainement être introduites à la Bourse d’Alger. Selon une source proche du dossier, citée par le site d’information algérien TSA, le Conseil des participations de l’État (CPE) a donné son accord pour l’introduction en Bourse de Cosider carrières, filiale du groupe de BTP Cosider, du Crédit populaire d’Algérie (CPA), de l’opérateur télécoms Mobilis, de la Compagnie algérienne d’assurance et de réassurance (CAAR), ainsi que de six cimenteries publiques. « Rien n’est encore fixé en ce qui concerne le pourcentage du capital à mettre en Bourse, ni les modalités de cette introduction. »

Lire aussi :

Bourse d’Alger, l’impossible réforme ?
Algérie : NCA Rouiba obtient le feu vert pour son entrée en Bourse
Lies Kerrar parie sur Alger

Selon la même source, le gouvernement compte aussi introduire en Bourse une deuxième vague d’entreprises publiques dont Air Algérie, la Compagnie algérienne des assurances (CAAT), le distributeur pétrolier Naftal, la Banque nationale d’Algérie (BNA) et la Banque de développement local (BDL). « L’objectif du gouvernement est d’arrêter à 40 entreprises publiques cotées à la Bourse d’Alger à la fin de l’année 2015. »

Des secteurs qui peuvent intéresser le marché

« L’annonce relative à l’introduction en bourse d’une première série d’entreprises est un bon signe. Il s’agit des secteurs que nous recommandions : télécoms, services financiers, matériaux de construction. Ce sont les secteurs économiques qui ont le potentiel d’intéresser le marché », a confié à Jeune Afrique Lies Kerrar, le fondateur de la société de conseil financier Humilis Corporate Finance.

« J’ai eu l’occasion de structurer en 2005-2006 un financement sur le marché obligataire pour Mobilis, et l’appel au marché a été très positif. Cela augure de bonnes perspectives pour une éventuelle introduction en bourse », poursuit-il.

Aujourd’hui, seulement quatre entreprises sont cotées à la Bourse d’Alger, dont deux publiques (la chaîne hôtelière El Aurassi et le groupe pharmaceutique Saidal).

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte