Politique

Neuf otages philippins et quatre nigérians libérés

| Par AFP

©

Neuf Phillipins et quatre Nigérians memebres de l’équipage du MV Spirit, un navire capturé mercredi dans le delta du Niger par les rebelles du Mend, ont recouvré la liberté.

Trois otages philiipins ont été secourus dimanche, portant à neuf le nombre de Phillipins membres de l’équipage du MV Spirit capturé mercredi qui ont été libérés par les forces gouvernementales.

« Dans le cadre de nos opérations dans l’Etat du Delta, nous avons localisé et libéré trois Philippins retenus en otage par le Mouvement pour l’émancipation du delta du Niger », a indiqué le Colonel Rabe Abubakar sans donner de détails sur les circonstances de la libération. « Cela porte à neuf le nombre de Philippins libérés en deux jours. Nous sommes satisfaits. Nous voulons libérer la région des intimidations, prises d’otages et autres actes illégaux commis par le Mend », a-t-il ajouté.

Six Philippins et quatre Nigérians qui avaient été pris en otage mercredi sur un navire dans le delta du Niger avaient déjà été libérés par les forces de sécurité du pays samedi, selon un porte-parole militaire.

« Nous avons pu reprendre le contrôle du navire pris en otage, le MV Spirit », avait indiqué le Colonel Rabe Abubakar, porte-parole de la force conjointe police-armée (JTF) qui opère dans la région.

« Cette nuit, nous avons libéré les marins à bord. Les six Philippins et les quatre Nigérians sont libres », avait-t-il ajouté en précisant qu’ils étaient tous en bonne santé.

Guerre totale

Le Mend, principal groupe armé du sud pétrolifère du Nigeria, qui a annoncé une « guerre totale » vendredi suite à des affrontements avec l’armée, avait annoncé jeudi qu’un « groupe affilié » avait capturé la veille 15 membres étrangers de l’équipage du MV Spirit dans le delta du Niger, où sont présentes de nombreuses compagnies pétrolières internationales.

Il n’avait pas identifié ce groupe ni précisé l’identité des victimes.

Le colonel Abubakar avait confirmé à l’AFP l’enlèvement des marins, sans préciser leur nombre ou nationalité.

Vendredi, le Mend a affirmé qu’un otage philippin avait été tué par une « balle perdue » de l’armée qui aurait attaqué une zone où il était détenu, sans préciser toutefois s’il faisait partie de l’équipage du MV Spirit.

Le delta du Niger est secoué par des violences perpétrées par des groupes armés qui s’en prennent régulièrement aux intérêts du secteur pétrolier et ont multiplié depuis 2006 sabotages d’oléoducs, attaques de navires et enlèvements d’employés locaux et étrangers de cette industrie.

La plupart du temps, ces otages sont libérés au bout de quelques jours ou semaines, après le versement d’une rançon.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3097 ok 600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte