Politique

Ali Ben Bongo promet de perpétuer l’héritage de son père

Les enfants du défunt président gabonais Omar Bongo, dont Ali Ben Bongo (à gauche) © AFP

Ali Ben Bongo, fils du défunt président gabonais et candidat potentiel à sa succession, s'est engagé mardi lors des obsèques officielles à Libreville à perpétuer l'héritage d'Omar Bongo Ondimba pour "aborder sereinement" l'avenir du Gabon.

Rendant hommage à la "philosophie du pardon" et au "dialogue" qui guidaient selon lui l’action du président Bongo, Ali, ministre de la Défense s’exprimant au nom de la famille, a déclaré: "Cet édifice (. . . ) va nous permettre d’aborder sereinement l’avenir des enfants de notre pays".

"Nous, tes enfants, ta famille, prenons l’engagement solennel de garder allumée avec l’aide de nos concitoyens la flamme sacrée de l’harmonie familiale, de la concorde républicaine et de l’unité nationale", a-t-il lancé, essuyant une larme.

Ali Ben Bongo n’a pas évoqué plus directement la question de la succession, publiquement taboue en cette période de deuil mais qui attise déjà les luttes de pouvoir en coulisses.

Plusieurs observateurs attendaient ainsi, avant les obsèques, de voir s’il serait désigné par la famille pour prononcer l’oraison funèbre.

Selon plusieurs sources proches du pouvoir, Ali Ben Bongo souhaite s’imposer comme successeur, suscitant des résistances au sein même du régime.

Le ministre de la Défense, ex-chef de la diplomatie, s’est montré en première ligne depuis le décès de son père, annoncé officiellement le 8 juin. Il est apparu fréquemment à la télévision et s’est montré très présent aux côtés de la présidente intérimaire Rose Francine Rogombé, chargée par la Constitution d’organiser un scrutin présidentiel.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte