Elections

Une femme élue maire de Marrakech pour la première fois

| Par AFP
Fatima Zahra Mansouri devient la deuxième femme maire dans l'histoire du Maroc après Asmaa Chaâbi

Fatima Zahra Mansouri devient la deuxième femme maire dans l'histoire du Maroc après Asmaa Chaâbi ©

Une femme a été élue pour la première fois, ce lundi, maire de Marrakech. Fatima Zahra Mansouri, membre du Parti Authenticité et Modernité (PAM), devient la deuxième femme maire dans l’histoire du Maroc après Asmaa Chaâbi.

Une femme, devenue conseillère municipale le 12 juin au Maroc, a été élue lundi maire de Marrakech (sud), devenant la première femme à diriger cette ville, l’une des principales cités (plus d’un million d’habitants) et destinations touristiques du royaume.

Fatima Zahra Mansouri, une avocate de 33 ans membre du Parti Authenticité et Modernité (PAM), créé en 2008 par Fouad Ali El Himma, un proche du roi Mohammed VI, a obtenu 54 voix. Le maire sortant, Omar Jazouli, 75 ans (Union Constitutionnelle/UC, libérale), a recueilli 35 voix. Il y a eu 2 bulletins nuls.

"J’espère être à la hauteur de cette nouvelle mission"

Mme Mansouri devient la deuxième femme maire dans l’histoire du Maroc après Asmaa Chaâbi, qui a présidé, entre 2003 et cette année, la mairie d’Essaouira (ouest).

"Je suis honorée de diriger la mairie de Marrakech", a déclaré Mme Mansouri. "J’espère être à la hauteur de cette nouvelle mission".

"Son élection renvoie l’image d’un Maroc moderne", a pour sa part indiqué le secrétaire-général du PAM, Cheikh Mohamed Biyadillah.

Fille d’un ancien pacha

"Le bilan de M. Jazouli est négatif. Il a été épuisé par le pouvoir. La ville, vue son poids socio-économique au niveau national et son image à l’international a besoin de sang neuf pour une meilleure gouvernance", déclaré à l’AFP un membre du conseil municipal ayant souhaité garder l’anonymat.

Née en 1976, Mme Mansouri a fait ses études d’avocate en France. Elle est la fille d’un ancien pacha (adjoint du préfet) de Marrakech.

Le PAM a remporté les élections municipales du 12 juin avec 6. 015 des 27. 795 sièges à pourvoir, soit 21,7% des suffrages exprimés.

Il a devancé l’Istiqlal, le parti (nationaliste) du Premier ministre Abbas El Fassi et le Rassemblement National des Indépendants.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte