Société

Condamnation d’un haut-fonctionnaire à 30 ans de prison pour génocide

Callixte Kalimanzira, ancien directeur de cabinet du ministère de l’Intérieur rwandais en 1994, a été condamné par le Tribunal pénal international pour le Rwanda à 30 ans de réclusion pour, notamment, « génocide ».

Par
Mis à jour le 23 juin 2009 à 12:31

Ce haut fonctionnaire a été reconnu coupable d’incitation au génocide par le PIR © DR

Un ancien haut fonctionnaire rwandais a été condamné lundi à 30 ans de prison par le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) après avoir été reconnu coupable de génocide notamment.

Callixte Kalimanzira, un agronome de formation originaire de Butare (sud du Rwanda) était directeur de cabinet au ministère de l’Intérieur durant le génocide de 1994.

Reconnu coupable de génocide et d’incitation directe et publique à commettre le génocide, M. Kalimanzira a été condamné pour des massacres de Tutsi dans la préfecture de Butare, notamment sur la colline de Kabuye.

"La chambre condamne Callixte Kalimanzira à 30 ans d’emprisonnement", a déclaré le juge président Dennis Byron, à l’issue de la lecture du résumé du jugement.

 

"Tragédie humaine"

Selon le jugement, il n’a pas tué personnellement, mais a encouragé les Tutsi à "se rassembler sur la colline de Kabuye alors qu’il savait qu’ils y seraient tués par milliers".

"Le 23 avril 1994, Kalimanzira est venu à Kabuye avec des soldats et des policiers. Les réfugiés tutsi avaient jusque-là repoussé les attaques au moyen de bâtons et de pierres, mais ils ne pouvaient pas résister aux balles", a indiqué le juge Byron.

Le massacre de Kabuye, qui a duré plusieurs jours, a été "une énorme tragédie humaine", a poursuivi le juge, en soulignant que Callixte Kalimanzira était animé de "l’intention de détruire en tout ou en partie le groupe ethnique tutsi comme tel".

Le 20 avril dernier, le procureur avait requis la prison à vie tandis que les avocats de M. Kalimanzira avaient plaidé l’acquittement.

Créé par une résolution du Conseil de sécurité en novembre 1994, le TPIR a pour mandat de rechercher et juger les principaux responsables présumés du génocide au Rwanda qui a fait, selon l’ONU, environ 800.000 morts, parmi la minorité tutsi et les Hutu modérés.