Économie

Les actionnaires de Korongo Airlines divisés

Par
Mis à jour le 25 octobre 2013 à 15:38

Alors que son actionnaire majoritaire refuse d’y injecter des fonds, la compagnie Korongo Airlines, basée en RD Congo, peine à prendre son essor.

Avec seulement deux appareils, la compagnie congolaise Korongo Airlines, une coentreprise entre Groupe Forrest International (GFI) et Brussels Airlines (filiale de Lufthansa), peine à décoller. Alors que GFI, minoritaire avec 49,5 % du capital, est disposé à y injecter des fonds, Lufthansa s’y refuse en raison des résultats décevants de sa filiale. Or GFI ne peut se lancer seul : s’il augmentait sa participation, Korongo Airlines risquerait de perdre les bénéfices que lui confère la présence majoritaire d’un transporteur international à son capital.

Lire aussi :

Brussels Airlines bousculé
Brussels Airlines joue sa survie en Afrique
Aérien : timide éclaircie sur Kinshasa
Forrest prospecte d’autres filons

La société, basée dans la province cuprifère du Katanga, profite des vols d’affaires générés par cette région minière, mais également du fait que Brussels Airlines milite pour faire valoir la sécurité de ses prestations auprès de l’Union européenne. Korongo est encore sur liste noire, à l’instar de l’ensemble de l’aviation civile congolaise.

Correspondances

Née en avril 2012, cette compagnie offre aux passagers de l’opérateur belge, via Kinshasa, des correspondances vers l’importante ville industrielle de Lubumbashi. Korongo relie également plusieurs fois par semaine la ville de Lubumbashi à Johannesburg.