Société

Bemba pourrait être remis en liberté

Par
Mis à jour le 30 juin 2009 à 11:38

L’avocat de Jean-Pierre Bemba a demandé la remise en liberté de son client, accusé de crimes imputables à sa milice en Centrafrique de 2002 à 2003. L’accusation craint que l’ancien vice-président de la RDC, s’il recouvre la liberté, tente de fuir.

La défense de l’ancien vice-président de la République démocratique du Congo (RDC) Jean-Pierre Bemba, accusé de crimes commis par sa milice en Centrafrique, a demandé lundi sa remise en liberté devant la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye.

"Il y a lieu de remettre Jean-Pierre Bemba en liberté", a déclaré son avocat, Me Aimé Kilolo, lors d’une audience sur le maintien en détention de l’ancien vice-président de la RDC.

La CPI avait ordonné, le 15 juin, le jugement de Jean-Pierre Bemba en sa qualité de "chef militaire" pour des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité commis par sa milice, le Mouvement de libération du Congo (MLC), en Centrafrique, entre octobre 2002 et mars 2003.

Jan-Pierre Bemba, arrêté à Bruxelles en mai 2008 en exécution d’un mandat d’arrêt délivré par la CPI et transféré à La Haye début juillet 2008, "avait été privé de liberté parce qu’il existait des motifs raisonnables de croire qu’il était impliqué dans ces crimes", a affirmé Me Kilolo.

"La situation a changé depuis", a assuré l’avocat, selon lequel les charges retenues par le procureur dans l’acte d’accusation ont été "réduites significativement" par la décision de la Cour.

"Nous ne sommes plus en face d’un criminel qui a commis personnellement des crimes atroces mais d’une personne qui aurait dû prendre plus de mesures pour empêcher des crimes commis par des tiers", a-t-il dit.

Risque de fuite

En cas de libération, Jean-Pierre Bemba souhaite être accueilli par la Belgique, le Portugal ou la France. Il possède notamment des propriétés et des comptes bancaires en Belgique où ses enfants sont scolarisés, et a des "liens sociaux importants" en France, selon Me Kilolo.

"Le risque de fuite, allégué par le bureau du procureur, n’a jamais existé", a affirmé l’avocat, selon lequel Jean-Pierre Bemba est prêt à comparaître volontairement devant la CPI.

Pour l’accusation, une remise en liberté de Jean-Pierre Bemba entraînerait "un risque substantiel qu’il se soustraie à la justice", grâce notamment à son "réseau d’influence", car il "fait face à une peine privative de liberté de longue durée".