Justice

Le procureur de la CPI soutient les victimes d’exactions en Ituri

| Par AFP
Luis Moreno-Ocampo se rendra dans le village de Bogoro, attaqué en 2003 par des miliciens

Luis Moreno-Ocampo se rendra dans le village de Bogoro, attaqué en 2003 par des miliciens ©

Le procureur de la Cour pénale internationale, Luis Moreno-Ocampo, est arrivé mercredi en République démocratique du Congo (RDC) dans le district de l’Ituri (nord-est), théâtre de crimes pour lesquels sont poursuivis d’ex-chefs miliciens congolais, a-t-on appris auprès de la CPI.

M. Moreno-Ocampo est arrivé à Bunia, chef-lieu de l’Ituri, à 16H30 (14H30 GMT) et devrait se rendre jeudi notamment dans le village de Bogoro, a indiqué le porte-parole de la CPI en RDC, Paul Madidi.

Bogoro a été le théâtre le 24 février 2003 d’une attaque de miliciens de la Force de résistance patriotique en Ituri (FRPI) dirigée alors par Germain Katanga et du Front des nationalistes et intégrationnistes (FNI) de Mathieu Ngudjolo.

Ces deux ex-chefs miliciens sont poursuivis pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité par la CPI pour avoir commis des meurtres et des viols lors de cette attaque.

 » Réconfort aux communautés affectées »

Le procureur « va apporter d’une certaine façon un réconfort aux communautés affectées par ces crimes » qui font l’objet d’enquêtes, a ajouté M. Madidi.

Il devrait également « rencontrer les populations, les différents représentants des communautés ethniques et les ONG pour leur expliquer le sens de son mandat », a-t-il précisé.

M. Moreno-Ocampo séjournera trois jours en Ituri avant de s’envoler pour La Haye, où devrait s’ouvrir le 24 septembre le procès de Germain Katanga, 31 ans, et de son co-accusé Mathieu Ngudjolo, 38 ans.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte