Justice

L’ex-Premier ministre Hama Amadou visé par un mandat d’arrêt international

Hama Amadou le 25 janvier 2007à Tripoli

Hama Amadou le 25 janvier 2007à Tripoli © AFP

La justice nigérienne a délivré jeudi un mandat d’arrêt international contre l’ancien Premier ministre Hama Amadou, libéré provisoirement fin avril de dix mois de prison pour corruption présumée, a annoncé le porte-parole du gouvernement Mohamed Ben Omar.

"Un mandat d’arrêt international a été lancé contre l’ex-chef du gouvernement car une enquête a révélé qu’il détient 15. 000 actions dans la banque ouest-africaine Ecobank", a déclaré Ben Omar, également porte-parole du gouvernement, à la presse.

Le ministre de la Justice a saisi Interpol pour l’arrestation d’Amadou et dit "espérer la coopération" des Etats avec lesquels le Niger a des accords judiciaires, a poursuivi Ben Omar.

Longtemps présenté comme le possible successeur de l’actuel président Mamadou Tandja, Hama Amadou, 59 ans, avait été arrêté et emprisonné en juin 2008 pour des détournements présumés de fonds publics. Depuis son incarcération, celui qui fut premier ministre pendant sept ans a dénoncé un complot du président pour l’empêcher de se présenter à la présidentielle fin 2009. Le président Tandja, qui devait alors se retirer après deux quinquennats consécutifs, a décidé d’organiser le 4 août un référendum pour changer la Constitution et se maintenir au pouvoir pour trois années supplémentaires et ensuite pouvoir éventuellement briguer de nouveaux mandats à la tête du pays.

Selon la radio privée de Niamey, Radio Anfani, Amadou serait accusé d’"enrichissement illicite et blanchiment d’argent portant sur 15 milliards de FCFA (22,9 M EUR, 31 M USD)". Après sa libération, Amadou s’était rendu à Paris pour des soins médicaux. On ignore où il se trouve actuellement.

En son absence, ses partisans ont créé à la mi-juin un nouveau parti politique, le Mouvement démocratique nigérien (Moden), en faisant scission d’avec le Mouvement national pour la société de développement (MNSD), le parti au pouvoir.

Début juillet, un tribunal de Niamey avait annulé un congrès du MNSD tenu en février au cours duquel Hamadou avait été débarqué de la présidence du parti et remplacé par l’actuel Premier ministre Seïni Oumarou. Depuis lors, le MNSD, qui compte toujours de nombreux partisans de M. Hamadou, aurait enregistré de nombreuses défections.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte