Société

Crash de Yemenia : des éléments de l’épave et des corps retrouvés

© AFP

Près de deux mois après l'accident lors duquel un Airbus A310 s'est abîmé au large des Comores, les recherches continuent. Des éléments de l'avion ont été retrouvés, et six corps ont été repêchés, tandis qu'un robot télécommandé est sur la piste des boîtes noires.

Des éléments de l’épave de l’Airbus A310 de Yemenia qui s’était abîmé le 30 juin près des Comores, faisant 152 morts, ont été identifiés et les corps de six victimes retrouvés, a indiqué dimanche la Commission en charge de l’enquête sur l’accident.

Les travaux de recherche, menés par le bateau français EDT ARES équipé d’un robot télécommandé pour rechercher les boîtes noires, "ont débuté le 20 août dans la nuit" sur la zone du crash, rappelle ce communiqué, transmis depuis Moroni.

"Les corps de six victimes ont été retrouvés et remontés à bord du navire", annonce le texte, signé de l’enquêteur principal, Ali Abdou Mohamed. "Des éléments de l’épave ont été identifiés" et "les travaux continuent", ajoute la Commission d’enquête comorienne.

Les deux boîtes noires de l’Airbus de la compagnie yéménite avaient été localisées le 6 août. Le bateau français EDT ARES est arrivé sur place jeudi pour tenter de repêcher les deux enregistreurs, dans une zone où la profondeur moyenne est d’environ 1.200 mètres.

Une seule survivante

Les causes de ce crash d’un Airbus A-310 qui transportait surtout des passagers d’origine comorienne vivant en France ne sont toujours pas connues. L’état de l’avion, qui ne répondait pas aux normes de sécurité européennes, avait rapidement été avancé pour expliquer la catastrophe. Mais cette thèse n’a pour l’instant pas été validée par l’enquête.

Les passagers, qui arrivaient de France et se rendaient aux Comores, avaient changé d’avion et embarqué dans l’Airbus A-310 lors d’une escale à Sanaa. Seule une adolescente, Bahia Bakari, était ressortie vivante de la catastrophe.

Composée d’enquêteurs comoriens, yéménites et français, la commission d’enquête sur l’accident est conduite par les autorités comoriennes, avec notamment le soutien technique du Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA) français.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte