Politique

Mba Obame met en garde contre un coup d’Etat électoral

Par
Mis à jour le 31 août 2009 à 20:19

L’ancien ministre de l’Intérieur André Mba Obame, un des trois candidats à revendiquer la victoire à la présidentielle gabonaise de dimanche, a reçu le soutien d’un des grands candidats battus, Zacharie Myboto, et mis en garde contre « un coup d’Etat électoral ».

"Le coup d’Etat électoral est en marche", a affirmé M. Mba Obame, lors d’une conférence de presse en présence de six candidats à l’élection qui lui apportent leur soutien.

"La population fera respecter ses droits comme tout citoyen épris de droit et de liberté. Il ne faut pas céder à la provocation. Ce qui s’est passé ce matin est une provocation (déclaration d’Ali Bongo affirmant qu’il a gagné l’élection): on fait une annonce, les gens descendent dans les rues, et on arrête le processus électoral. On l’a déjà vu dans d’autres pays", a affirmé M. Mba Obame.

"Dans 7 provinces sur 9, le candidat du PDG (Parti démocratique gabonais, au pouvoir, qui a investi Ali Bongo) est battu. Vous ne pouvez pas remporter (l’élection) comme ça sauf si les règles de l’arithmétique ont changé", a ironisé M. Mba Obame.

Les ennemis d’hier aujourd’hui soudés

Ce point de presse s’est déroulé au siège de campagne de Zacharie Myboto, un candidat qui figurait au début de la campagne comme un favori. Il s’est rallié à M. Mba Obame. "Nous sommes là pour défendre la légalité républicaine. Nous ferons tout pour que la loi soit respectée. Il faut éviter un coup d’Etat électoral", a affirmé M. Myboto. Les deux hommes ont longtemps été des ennemis politiques.

"Le peuple gabonais sera heureux de nous voir ensemble parce que ce qui est en question c’est la préservation de la victoire du changement", a conclu M. Mba Obame.

Les entourages des candidats Ali Bongo, fils aîné du président défunt Ali Bongo, André Mba Obame et Pierre Mamboundou, opposant historique, annoncent depuis dimanche que leurs décomptes des voix les donnent respectivement vainqueurs.