Arts

France : un Congolais réclame l’interdiction de « Tintin au Congo »

Une plainte pourrait bientôt être déposée ©

Un Congolais installé en Belgique entend déposer une plainte pour faire interdire "Tintin au Congo" en France. Motif : il juge l'album dégradant pour l'homme noir.

Un comptable congolais vivant en Belgique s’apprête à porter plainte en France pour dénoncer le caractère "raciste" de l’album controversé "Tintin au Congo", dont il souhaite qu’il soit retiré de la vente, a indiqué mardi l’un de ses avocats.

Bienvenu Mbutu Mondondo, 41 ans, avait déjà déposé plainte en Belgique en 2007 en vertu de la loi belge de 1981 réprimant le racisme. Il avait exigé l’interdiction de l’ouvrage d’Hergé, publié en 1930-31 alors que la Belgique colonisait l’actuelle République démocratique du Congo (RDC) et qui est encore vendu à plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires chaque année.

Mais après deux ans, l’enquête confiée à un juge d’instruction bruxellois est au point mort, a expliqué l’un des avocats du plaignant, Jean-Claude Ndjakanyi.

Accusations "ridicules"

Bienvenu Mbutu Mondondo a donc décidé de se tourner vers la justice française et a "demandé à Me Gilbert Collard et à moi-même d’examiner les voies légales pour introduire une plainte en France dans les tous prochains jours", a a ajouté Me Ndjakanyi.

Cette plainte, au civil, "pourrait prendre la forme d’une action en cessation visant l’interdiction de la vente de l’ouvrage" en France, a précisé Me Ndjakanyi.

"Il n’est pas admissible que Tintin puisse crier sur des villageois qui sont forcés de travailler à la construction d’une voie de chemin de fer ou que son chien Milou les traite de paresseux", avait expliqué M. Mbutu Mondondo lors du dépôt de sa plainte en Belgique.

La société Moulinsart, qui exploite commercialement l’oeuvre d’Hergé mais qui n’est pas l’éditeur des albums, juge "ridicules" les accusations de racisme ou de colonialisme envers Hergé.

"Juger le contenu d’une oeuvre ne vaut que si on la replace dans le contexte de l’époque où elle a été publiée", souligne Moulinsart dans un communiqué.

"Dialogues porteurs de préjugés racistes abominables"

"Dès 1946, Hergé avait déjà revu ‘Tintin au Congo’ à l’occasion de la mise en couleurs de l’album. Il y avait supprimé ou transformé les passages dénigrants pour les Congolais. En cela, il faisait oeuvre de pionnier dans le domaine des droits de l’Homme et du respect des populations et civilisations du globe", ajoute le communiqué.

Le livre reste toutefois controversé. En 2007, la Commission britannique pour l’égalité raciale (CRE) avait jugé que la vente de Tintin au Congo "dépassait l’entendement", estimant qu’il contenait "des images et des dialogues porteurs de préjugés racistes abominables, où les ‘indigènes sauvages’ ressemblent à des singes et parlent comme des imbéciles".

Depuis, des librairies, notamment aux Etats-Unis, ont déplacé l’album vers le rayon des livres pour adultes ou l’ont carrément retiré de la vente.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte