Justice

Génocide rwandais: perpétuité pour l’ex-président du Parlement

© AFP

Une importante personnalité politique rwandaise, président du parlement de 2003 à 2008, a été condamnée à la prison à perpétuité après avoir été reconnue coupable de participation au génocide de 1994 contre les Tutsis, a-t-on appris jeudi de source officielle.

Alfred Mukezamfura a été reconnu coupable d’"incitation à la haine et au génocide" par une juridiction populaire gacaca du secteur Nyakabanda, à Kigali, et condamné à la prison à perpétuité, a annoncé Radio Rwanda.

L’accusé "n’était pas présent à l’énoncé du verdict", selon la radio. Il avait quitté le Rwanda en mars dernier pour se réfugier en Belgique, où il a depuis demandé l’asile politique, selon un de ses proches.

Président du Parti démocrate centriste (PDC), M. Mukezamfura avait été jusque début 2009 l’une des plus importantes personnalités hutu au sein du régime du président Paul Kagame, dominé par les Tutsis. Il avait été président du parlement pendant cinq ans, de 2003 à 2008, ainsi que vice-président de la Commission constitutionnelle rwandaise.

M. Mukezamfura a été impliqué "indirectement" dans le génocide à travers ses écrits, "incitateurs au génocide", selon Radio Rwanda. Il lui est en particulier reproché la rédaction, en mai 1994, d’un éditorial publié dans le journal gouvernemental "Imvaho" au mois de mai 1994 (en plein génocide), et intitulé "Intwari yaratabarutse" ("le héros est décédé") en hommage au président Juvénal Habyarimana, dont la mort dans un attentat le 6 avril 1994 avait déclenché le génocide.

M. Mukezamfura travaillait alors au sein de l’Orinfor (Office rwandais d’information), où il dirigeait "Imvaho" ainsi qu’une autre publication gouvernementale, "La Nouvelle relève".

Juridictions gacaca

Plusieurs personnalités hutu, hommes politiques ou officiers supérieurs, qui exerçaient des responsabilités au sein du gouvernement depuis l’arrivée au pouvoir de Paul Kagame ont été ainsi condamnées pour leur participation présumée au génocide ces dernières années par des juridiction.

Avant les législatives de septembre 2008, auxquelles il n’avait pas été autorisé a se présenter à cause de la gravité des accusations portées contre lui, M. Mukezamfura était constitutionnellement la troisième personnalité de l’Etat.

En juillet, le sénateur Safari Stanley, fondateur en 2003 d’un petit parti proche du Front patriotique rwandais (FPR, au pouvoir) a été condamné à la perpétuité. Des parlementaires membres du FPR ont été également mis en cause, dont la député Béatrice Nirere, condamnée au début de l’année, et le sénateur Anastase Nzirasanaho qui attend d’être jugé.

Les juridictions gacaca ont également condamné à la perpétuité mardi un important homme d’affaires de l’ouest du pays, Aphrodice Mugambira, pour sa participation au génocide, a rapporté le quotidien privé New Times (pro-gouvernemental).

L’homme d’affaires, 51 ans, originaire de la préfecture de Kibuye, a été reconnu coupable d’avoir acheté des fusils et des machettes pour des miliciens locaux et d’avoir fait tuer un de ses beaux-frères, selon New Times. Eminente figure du monde des affaires à Kibuye à l’époque des faits, M Mugambira était également un membre influent de l’ex-parti présidentiel, le Mouvement

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte