Politique

Un opposant gabonais fustige la Françafrique devant Total

Bruno Ben Moubamba estime que la Françafrique est un "racisme géopolitique" ©

Un ex-candidat à la présidentielle gabonaise a appelé à "démanteler la Françafrique" devant le siège de Total en France. Bruno Ben Moubamba accuse le géant pétrolier d'avoir favorisé l'élection d'Ali Bongo Ondimba.

Un ex-candidat à la présidentielle gabonaise, Bruno Ben Moubamba, a appelé mardi à Paris à "démanteler la Françafrique" qui a selon lui "imposé" Ali Bongo comme président élu, mettant en garde contre le risque d’une recrudescence des "sentiments anti-français" dans le pays.

"C’est ici l’origine du mal, de la Françafrique, des réseaux occultes et affairistes", a-t-il déclaré à la presse devant le siège du groupe pétrolier Total, investisseur majeur au Gabon. "J’ai découvert qu’Ali Bongo a été imposé par Total. C’est un choix françafricain", a-t-il accusé, alors que la France s’est à plusieurs reprises défendue d’avoir soutenu Ali Bongo.

La Françafrique, un "racisme géopolitique"

"La Françafrique passe par les milieux économiques qui désinforment l’appareil d’Etat (. . . ) On a réussi à faire croire que lui seul (Ali Bongo) préserverait les intérêts français", a-t-il accusé. Il a précisé qu’il était en France pour mener "une action de lobbying" auprès de responsables économiques et politiques, pour un "nouveau partenariat gagnant-gagnant".

"Il faut démanteler la Françafrique" qui est "un racisme géopolitique", a-t-il ajouté. "Quand vous désespérez les Gabonais, vous créez des sentiments anti-français", a-t-il dit, mettant en garde contre le développement des violences anti-françaises comparables à celles qui avaient eu lieu en Côte d’Ivoire en 2004.

"Je crains le pire. Le calme apparent au Gabon n’est qu’une veillée d’armes", a-t-il affirmé. "Je ne crois pas que le climat social va s’apaiser", a ajouté M. Ben Moubamba, membre du collectif regroupant les principaux candidats malheureux à la présidentielle du 30 août.

"Farce électorale"

"Ce qui s’est passé était une farce électorale", a-t-il estimé, appelant à "annuler" un scrutin entaché selon lui de "fraudes massives".

L’annonce de la victoire d’Ali Bongo, fils du président défunt Omar Bongo, contestée par l’opposition, a été suivie par trois jours d’émeutes et de pillages à Port-Gentil (ouest), la capitale pétrolière, du 3 au 6 septembre.

Au cours de ces violences, qui ont fait trois morts selon les autorités mais au moins 15 d’après l’opposition, des intérêts français avaient notamment été pris pour cibles par des manifestants.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte